Faits saillants de la recherche 2019

CoverFaitsSaillants2019Les Faits saillants de la recherche 2019 des Producteurs laitiers du Canada (PLC) sont maintenant en ligne à recherchelaitiere.ca. Les Faits saillants sont un rapport annuel sur les investissements des PLC dans la recherche sur la production laitière et sur la nutrition et la santé humaines. Ils incluent une liste de tous les projets de recherche en cours, de même que les principaux résultats des projets complétés et en cours.

Principaux points à retenir à propos des investissements des PLC dans la recherche

priorites

  • Les PLC ont investi 1,3 million de dollars dans la recherche sur la production laitière et sur la nutrition et la santé humaines. Ce montant a été bonifié grâce à des investissements de 6,6 millions de dollars additionnels de divers partenaires de financement. Les investissements totaux en recherche à l’échelle nationale en 2019 ont été de 7,9 millions de dollars.
  • 31 projets de recherche sont en cours dans 34 institutions de recherche, comprenant des centres de recherche et des universités de partout au Canada.
  • Environ 2 000 producteurs laitiers d’un océan à l’autre investissent du temps dans le cadre de plusieurs projets de recherche afin de stimuler l’innovation dans le secteur laitier canadien.
  • Près de la moitié des investissements en recherche (49 %) ciblent des priorités relatives au rôle des produits laitiers dans la nutrition et la santé humaines.
  • 26 % des investissements en recherche ciblent des priorités en lien avec la santé et le bien-être des animaux; 21 % sont consacrés à la recherche de solutions pour favoriser l’efficacité et la durabilité des fermes; et 4 % visent la qualité du lait.
  • Plus de 200 communications et produits de vulgarisation et de transfert des connaissances ont été créés dans les deux langues, puis diffusés aux publics cibles.

Priorités2019

Suivre et communiquer les succès en recherche

Les Faits saillants présentent également 11 réussites à souligner tirées d’une sélection de projets de recherche sur la production laitière et sur la nutrition et la santé humaines. Vous trouverez ci-dessous un court résumé des réussites présentées dans le rapport en ligne. Elles sont classées par domaine de priorité ciblé dans la Stratégie nationale de recherche laitière. Découvrez comment la recherche laitière propulse le secteur laitier canadien vers l’avenir!

farm

 

Efficacité et durabilité des fermes laitières

  • Génomique de l’efficacité alimentaire : La sélection génétique des vaches pour leur efficacité alimentaire et leurs faibles émissions de méthane sera bientôt possible au Canada.
  • Nouvelles preuves – Au Canada, les vaches émettent moins de méthane : Au Canada, les vaches laitières émettent moins de méthane que ce qui avait été signalé dans les rapports nationaux et internationaux sur les émissions de gaz à effet de serre (GES).
  • De nouveaux outils génétiques et de gestion améliorent la santé des onglons : Un projet de la Grappe de recherche laitière 2 portant sur l’amélioration de la santé des onglons dans les troupeaux laitiers canadiens a abouti à la mise au point de deux nouveaux outils permettant aux producteurs d’améliorer la santé des onglons de leurs vaches.

cow

 

Santé et bien-être des animaux

  • La litière et les modifications aux stalles peuvent avoir un impact important sur le confort des vaches et le rendement de la ferme : Des producteurs montrent comment ils ont modifié leur système de stabulation entravée pour obtenir de meilleurs résultats.

milkdrop

 

Composition, qualité et salubrité du lait

  • Réduire l’utilisation des antibiotiques – Système national de surveillance de la gouvernance des antimicrobiens et de la résistance aux antimicrobiens : Les chercheurs ont développé un programme de surveillance et une plateforme de recherche appelée le Réseau laitier canadien sur la gouvernance et la résistance aux antimicrobiens (CaDNetASR en anglais). La plateforme permet de collecter des données et de mesurer l’utilisation des antimicrobiens (UAM) et sa relation avec la santé animale et la résistance aux antimicrobiens (RAM).
  • Traitement sélectif des vaches taries – Une stratégie pour la santé du pis et la qualité du lait : Les chercheurs du Réseau mammite ont découvert que le traitement sélectif par quartier des vaches taries était une stratégie de gestion qui pourrait réduire l’utilisation d’antibiotiques au tarissement de 60 % en moyenne.

dairyproducts

 

Rôle des produits laitiers et de leurs composantes dans la nutrition et la santé humaines

  • Une alimentation contenant des produits laitiers peut réduire le risque de syndrome métabolique, de maladies cardiovasculaires et de diabète de type 2 : Les nouvelles connaissances acquises grâce aux données canadiennes ont démontré qu’une alimentation contenant des produits laitiers peut réduire le risque de syndrome métabolique, de maladies cardiovasculaires et de diabète de type 2.
  • La vitamine B12 est mieux absorbée lorsqu’elle vient du lait et des produits laitiers : Des chercheurs ont observé que la vitamine B12 est beaucoup mieux absorbée lorsqu’elle provient du lait de vache que lorsqu’elle provient de suppléments vitaminiques. Ils ont aussi démontré que le cheddar est l’une des meilleures sources naturelles de vitamine B12, après le lait de vache.
  • La consommation de produits laitiers est associée à un risque plus faible de mortalité, d’événements cardiovasculaires et de diabète de type 2 : Une équipe de chercheurs a démontré que la consommation de produits laitiers, en particulier de produits laitiers à pleine teneur en gras, était associée à un risque plus faible de mortalité et d’événements majeurs de maladies cardiovasculaires dans une population multinationale diversifiée.
  • De nouvelles données – les produits laitiers constituent une part importante de l’alimentation des adolescentes pour la santé des os : Des recherches ont révélé que 3 à 4 portions de produits laitiers par jour amélioraient la santé des os chez les adolescentes présentant un excès de poids ou de l’obésité.

Visitez recherchelaitiere.ca pour télécharger les Faits saillants de la recherche 2019.

Fiches techniques sur l’environnement pour les producteurs

Trois fiches techniques sur les meilleures pratiques de gestion du bétail, du fumier et des cultures pour atténuer les gaz à effet de serre ont été mises à jour et sont maintenant accessibles à recherchelaitiere.ca. Ces fiches incluent les principaux résultats de la mise à jour de l’analyse du cycle de vie de la production laitière des Producteurs laitiers du Canada (PLC).

Les documents illustrent comment l’adoption accrue de meilleures pratiques a contribué à réduire l’empreinte carbone de la production laitière de 7,3 % en cinq ans.

Les fiches techniques incluent les résultats issus d’un projet de recherche à grande échelle intitulé « Farm-scale Assessment of Greenhouse Gas Mitigation Strategies in Dairy Livestock-Cropping-Systems », financé dans le cadre du Programme de lutte contre les gaz à effet de serre en agriculture (PLGESA) d’AAC de même que les résultats d’études sur la durabilité des fermes menées dans le cadre de la Grappe de recherche laitière 2.

Pratiques de gestion du bétail
Télécharger
Pratiques de gestion des cultures
Télécharger
Pratiques de gestion du fumier
Télécharger

La consommation de produits laitiers est associée à un risque plus faible de mortalité, d’événements cardiovasculaires et de diabète de type 2

shutterstock_722701990En 2019, une équipe de chercheurs a démontré que la consommation de produits laitiers, particulièrement de produits laitiers à pleine teneur en gras, était associée à un risque plus faible de mortalité et d’événements cardiovasculaires majeurs au sein d’une population multinationale diversifiée. L’étude PURE est une étude de cohorte multinationale à grande échelle menée dans 21 pays auprès de personnes âgées de 35 à 70 ans. Elle a fait le suivi de l’apport alimentaire, entre autres de la consommation de lait, de yogourt et de fromage, de 138 484 personnes au fil du temps, ainsi que de la mortalité et des événements cardiovasculaires majeurs totaux (c.-à-d. les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux et les infarctus du myocarde). Les chercheurs ont évalué toutes les associations entre la consommation de produits laitiers totaux et de produits laitiers spécifiques et la mortalité et les événements cardiovasculaires.

De nouvelles données issues de l’étude PURE et publiées dans une revue  scientifique en mai 2020 portaient sur l’association entre la consommation de produits laitiers (totale, à pleine teneur en gras et à faible teneur en gras) et la prévalence de syndrome métabolique et l’incidence de l’hypertension et du diabète de type 2. Les données ont révélé ce qui suit :

  • Une consommation plus élevée (au moins deux portions par jour comparativement à aucune consommation) de produits laitiers totaux était associée à une prévalence plus faible de syndrome métabolique.
  • Un apport plus élevé de produits laitiers à faible teneur en gras consommés seuls ou de pair avec des produits laitiers à faible teneur en gras était associée à une prévalence plus faible de syndrome métabolique. Les produits laitiers à faible teneur en gras consommés seuls n’étaient pas associés au syndrome métabolique.
  • Une consommation plus élevée de produits laitiers totaux était associée à une plus faible incidence d’hypertension.
  • En ce qui concerne le diabète, une consommation plus élevée de produits laitiers, tant à pleine teneur en gras et qu’à faible teneur en gras, était associée à une réduction du risque.

L’étude PURE est principalement financée par le Population Health Research Institute (PHRI) de même que par plusieurs agences gouvernementales et compagnies pharmaceutiques. L’étude intitulée La consommation de produits laitiers et les maladies cardiovasculaires au sein de diverses populations (2018-2019) dirigée par le Dr Andrew Mente de l’Université McMaster a été co-financée par les Producteurs laitiers du Canada (par l’intermédiaire du Programme de subvention à la recherche en nutrition) et le National Dairy Council (États-Unis).

Des podomètres installés sur les vaches laitières peuvent contribuer à une meilleure fertilité

Une recherche ayant eu recours à des moniteurs d’activité automatisés révèle une corrélation entre l’intensité de la manifestation des chaleurs et les gestations par insémination.

Par Augusto M.L. Madureira, Tracy A. Burnett, Janet W. Bauer, Ronaldo L.A. Cerri (Université de la Colombie-Britannique)

La détection des chaleurs chez les vaches laitières est l’un des plus grands enjeux de l’industrie. En effet, les pertes liées à une incapacité de détecter les chaleurs sont estimées à 300 millions de dollars dans l’industrie laitière américaine¹. Ces pertes sont entre autres dues à une prolongation des intervalles entre les vêlages et à un plus grand nombre de jours ouverts, à une réduction de la production de lait et à une augmentation des coûts vétérinaires.

Une équipe de recherche dirigée par le Dr Ronaldo Cerri de l’University of British Columbia a étudié comment les données recueillies par des moniteurs d’activité automatisés (MAA) pourraient être utilisées efficacement pour détecter le comportement œstral en vue de maximiser les chances de gestation. Les résultats d’un programme de recherche national, mené par le Dr Cerri dans le cadre de la Grappe de recherche laitière 2 et intitulé Solutions durables pour améliorer la détection des chaleurs et l’efficacité de la reproduction chez les vaches laitières, ont montré qu’un programme de reproduction qui accorde la priorité à la détection des chaleurs peut être aussi efficace que certains protocoles d’insémination artificielle à temps prédéterminé.

Le rôle des moniteurs d’activité automatisés dans la détection des chaleurs

CerriAMA
Augusto Madureira, Ph. D., qui installe un moniteur d’activité automatisé sur une génisse au UBC Dairy Education and Research Centre situé à Agassiz, en Colombie-Britannique.

On utilise normalement l’observation des comportements de monte comme moyen de référence pour la détection des chaleurs, mais la fréquence de ces activités de monte a diminué au fil du temps. C’est pour cette raison que la hausse de l’activité physique, un indicateur secondaire de la manifestation des chaleurs (œstrus) chez les vaches laitières, est maintenant considérée. Des moniteurs d’activité automatisés (MAA) ont été utilisés pour détecter les vaches en chaleur de manière fiable.

Les accéléromètres et les podomètres sont les MAA les plus couramment utilisés dans l’industrie laitière. De façon générale, la plupart des MAA utilisent le même concept pour générer des alertes lors des chaleurs ou lorsqu’un élément lié à la santé est détecté. Par exemple, dans le cas des accéléromètres, le moniteur utilisera un algorithme pour calculer un indice d’activité physique en combinant les données mesurées par l’accéléromètre 3D. Une moyenne mobile de l’activité physique est ensuite calculée afin d’avoir une mesure de référence pour chaque animal, et cette mesure de référence est ensuite utilisée pour calculer la hausse ou la baisse relative de l’activité à une période donnée de la journée. Dans le cas des alertes lors des chaleurs, la hausse relative de l’activité physique doit atteindre un seuil défini pour chaque système de MAA.

La hausse de l’activité lors des chaleurs et de la gestation par insémination artificielle (IA)

Dans une étude, l’utilisation de moniteurs d’activité automatisés a démontré une forte corrélation entre la hausse relative de l’activité lors des chaleurs et la gestation par insémination artificielle. Les animaux dont l’activité était plus intense lors des chaleurs présentaient un taux de gestation par IA plus élevé d’environ 12 points de pourcentage (sur la base du modèle d’analyse), soit une amélioration de la fertilité de plus de 30 %, comparativement aux animaux dont le niveau d’activité était plus faible. Cette étude incluait des animaux dont les chaleurs étaient spontanées. Cependant, même avec l’utilisation d’un protocole d’IA à temps prédéterminé qui induisait l’ovulation et conséquemment les chaleurs, le niveau d’activité physique était similaire lors des chaleurs (figure 1). Les chercheurs ont également observé une corrélation entre les mortalités embryonnaires de 31 à 60 jours après la saillie (figure 2) et la manifestation des chaleurs. Les vaches dont la hausse de l’activité physique était plus faible étaient plus susceptibles d’avoir un taux plus faible de gestation par IA et un taux plus élevé de mortalité embryonnaire.

Figure 1. Distribution des gestations par IA (%) pour tous les événements d’insémination selon la hausse relative de l’activité au moment de l’IA à temps prédéterminé détectée par un moniteur d’activité automatisé

Figure1fran_Cerri

Figure 2. Distribution des mortalités embryonnaires (%) selon la hausse relative de l’activité au moment de l’IA à temps prédéterminé détectée par un moniteur d’activité automatisé

Figure2fran_Cerri

Cette étude a été la première à rapporter une association entre l’intensité de l’activité lors des chaleurs avec la fertilité et la mortalité embryonnaire. Les animaux dont la manifestation des chaleurs était plus intense avaient un taux plus élevé de gestation par insémination artificielle et un taux plus faible de mortalité embryonnaire. Les résultats constituent de nouvelles preuves que la mesure de la manifestation des chaleurs (c.-à-d. lors des chaleurs spontanées ou de l’IA à temps prédéterminé), par exemple la mesure de l’activité physique, pourrait être un prédicteur fiable de la fertilité et être utilisée comme outil pour aider les producteurs laitiers dans leur prise de décisions relatives aux stratégies de reproduction à la ferme.

Les chercheurs ont également conclu que des recherches additionnelles sont nécessaires pour mieux comprendre et interpréter les données des MAA et optimiser les décisions liées à la reproduction.

_______________________________________________

¹https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7814743

 

COVID-19 : Les PLC annoncent que les visites liées à la recherche dans les fermes laitières commerciales pourront reprendre si les Lignes directrices sont respectées

Les PLC ont informé les chercheurs que les visites liées à la recherche dans les fermes laitières commerciales peuvent reprendre si les chercheurs et leurs équipes respectent les Lignes directrices pour mener des activités de recherche à la ferme et ont l’autorisation de la ferme commerciale impliquée dans le projet. Les chercheurs doivent demander et obtenir l’autorisation des propriétaires des fermes pour accéder à leur propriété et doivent planifier toutes les visites. Les mesures de biosécurité des fermes doivent être respectées en tout temps.

L’organisation a demandé, dans la mesure du possible, aux chercheurs d’envisager de reporter les activités de recherche à la ferme qui nécessitent plus d’une personne ou d’interagir avec les propriétaires/travailleurs de la ferme jusqu’à ce que les autorités de Santé publique de leur province assouplissent les recommandations de distanciation physique.

De plus, avant de reprendre les activités de recherche dans les fermes, les chercheurs doivent se référer et adhérer aux recommandations/lignes directrices de leurs autorités locales de Santé publique et de leurs institutions de recherche concernant l’auto-isolation et la distanciation physique.

Il ne devrait y avoir AUCUN déplacement entre provinces dans les cas où des mesures d’auto-isolement sont requises.

Les PLC remercient tous les chercheurs et producteurs impliqués dans les projets de recherche pour leur soutien et leur coopération dans le respect des lignes directrices pour la protection et la sécurité de tous.

Nouvelle ressource nutritionnelle des PLC : feuillet d’information sur les produits laitiers et la santé osseuse

nouvelle-ressource-ressource-sur-la-sante-osseuse-pour-professionnels-de-la-santeLes diététistes des Producteurs laitiers du Canada ont élaboré une ressource contenant des résultats de recherche clés fondés sur des données probantes concernant le calcium et la santé des os. Regroupant des données scientifiques récentes, le feuillet d’information comprend un outil de référence sur les recommandations et la biodisponibilité du calcium que les professionnels de la santé peuvent utiliser pour conseiller leurs clients dans leurs pratiques. Une copie de la fiche est disponible sur le site Savoirlaitier.ca.

La recherche financée par les PLC au Western Canadian Dairy Seminar en 2020

ES1fQqTUcAE-B9yLes Producteurs laitiers du Canada ont installé leur kiosque de recherche au Western Canadian Dairy Seminar (WCDS), qui s’est tenu du 9 au 13 mars dernier à Red Deer, en Alberta. Ce sont près de 900 producteurs laitiers, intervenants, chercheurs, étudiants et exposants qui ont participé à l’événement. Au kiosque des PLC, des ressources expliquant les plus récents projets de recherche en cours ont été distribuées ainsi que des fiches d’information sur le bien-être animal, la conservation de l’eau et le bain de pieds pour le contrôle et la prévention de la dermatite digitale.

Alors que des conférences étaient prévues toute la semaine, les activités du 13 mars ont été annulées lorsque les autorités en santé de l’Alberta ont émis un avis précisant d’éviter tous les grands rassemblements publics en raison de l’éclosion de COVID-19 dans la province. Ainsi, les organisateurs du WCDS ont annoncé la clôture des activités à la fin de la journée le jeudi afin de permettre aux participants de rentrer à la maison en toute sécurité.

Nous tenons à remercier le comité organisateur du WCDS pour une semaine de rencontres aussi excellentes qu’informatives!

Des résultats de la recherche financée par les PLC et leurs partenaires

Plusieurs affiches et résumés produits par des étudiants à l’occasion du WCDS présentaient des résultats d’études qui en sont à divers stades d’avancement et qui sont issues de quatre importantes initiatives de recherche soutenues par les PLC et d’autres partenaires du secteur laitier. Vous trouverez ci-après un court sommaire des résultats présentés sur les affiches. Pour consulter l’affiche ou le résumé complet (disponibles en anglais seulement), cliquez sur les mots « Affiche » ou « Résumé ».

Résultats préliminaires de l’étude : Optimiser la santé et la production des vaches en système de traite automatisélogo_grappe_3__sans_txt_EN-FR

Chercheur principal : Trevor DeVries, University of Guelph

  • Le maintien d’une santé des onglons, de la mobilité et d’un état de chair adéquats est un facteur clé pour optimiser la productivité et la qualité du lait dans les troupeaux où des robots de traite sont utilisés. {Affiche} {Résumé}
  • Des avantages potentiels en lien avec la santé mentale des producteurs sont associés à l’utilisation de systèmes de traite et d’alimentation automatisés : les producteurs laitiers pourraient être moins stressés, anxieux et déprimés. L’étude a également révélé que le rendement en lait et la santé des vaches sont associés à une santé mentale positive ou négative chez les producteurs. {Affiche} {Résumé}
  • Une description des tendances et données de référence actuelles dans les pratiques de gestion et de logement dans les fermes ayant recours à des robots de traite. {Affiche} {Résumé}
  • La production et la qualité du lait sont supérieures dans les troupeaux canadiens où des robots de traite sont utilisés grâce à une hausse de la fréquence de repoussage du fourrage, à une réduction de la densité de logement et à l’utilisation de sable comme litière dans les étables à stabulation libre. {Affiche} {Résumé}

Bannière_Partenaires Grappe 3_PCA-PLC.jpgUnknown-2


 

Résultats préliminaires de l’étude : Surveillance de l’utilisation et de la résistance des antimicrobiens pour améliorer les pratiques de gestion et la santé des animaux dans les fermes laitièreslogo_grappe_3__sans_txt_EN-FR

Chercheur principal : Javier Sanchez et Luke Heider, University of Prince Edward Island; Co-chercheur à l’University of Calgary : Herman Barkema

Des chercheurs ont sondé des fermes de différentes régions du Canada et ont trouvé des variations entre le plan du traitement sélectif au tarissement et des traitements sélectifs de la mammite clinique. Ils ont conclu qu’il existe une occasion de réduire l’utilisation des antimicrobiens associée avec le traitement au tarissement et des traitements de la mammite clinique dans l’ensemble des fermes laitières canadiennes. {Affiche} {Résumé}


Bannière_Partenaires Grappe 3_PAC-PLC-ASPC.jpg


 

Résultats préliminaires et résultats attendus des nouvelles études : Chaire de recherche industrielle du CRSNG en maladies infectieuses des bovins laitiers (2019-2024)

Titulaire de la chaire : Herman Barkema, University of Calgary

Résultats préliminaires

  • De la formation en communication offerte à des médecins vétérinaires par l’intermédiaire d’un programme virtuel en ligne sur le dialogue vétérinaire et d’autres outils a permis d’améliorer les aptitudes en communication des médecins vétérinaires, de rehausser leurs normes en matière de conseils sur la santé des troupeaux, ainsi que d’accroître la satisfaction des producteurs et la santé des troupeaux. {Affiche}
  • Des modèles de prévision pour détecter la mammite à l’aide des réseaux neuronaux peuvent être efficaces pour détecter/prédire la mammite. L’inclusion de mesures autres que les caractères associés au lait accroît la performance des modèles, et l’ajout d’un plus grand nombre de fermes pourrait rendre les modèles plus robustes. {Affiche} {Résumé}
  • Une revue systématique d’études existantes a été menée pour identifier les principaux gènes et marqueurs génétiques associés aux caractères liés à la mammite et aux comptages de cellules somatiques chez les bovins laitiers afin de mieux comprendre l’architecture génétique de la mammite chez ces animaux. {Affiche} {Résumé}
  • Lésions cutanées associées à l’inflammation étaient élevées dans les lésions de dermatite digitale (DD) par rapport à une peau saine; aucun changement à la population de macrophages dans les lésions de la DD n’a été révélé au fil du temps; et un traitement par oxytétracycline n’a entraîné aucun changement à la population de macrophages dans les lésions de la DD. {Affiche}

Résultats attendus des nouvelles études

  • La communication entre les médecins vétérinaires et les producteurs laitiers : Effet de la formation en communication sur les aptitudes en communication et la santé mentale des médecins vétérinaires, la satisfaction des producteurs et les résultats sur la santé du troupeau. {Résumé}
  • Le Cattle Health Surveillance System (CHeSS) [Système de surveillance de la santé des bovins] : Surveillance des principales maladies infectieuses et de la résistance aux antimicrobiens dans les fermes laitières de l’Ouest canadien. {Affiche} {Résumé}
  • Contrôle efficace et économique de la paratuberculose au moyen de nouveaux tests de détection précoce de la maladie {Affiche} {Résumé}
  • Motifs et obstacles pour fournir un accès à l’extérieur aux vaches laitières. {Affiche} {Résumé}

img-logo2-fr.pngUnknownlogo-fr.pngUnknown-1Unknown-2Unknown-3UnknownUnknown-1Unknown-4

 

 

 


Résultats de l’étude : Chaire de recherche industrielle du CRSNG en bien-être des bovins laitiers (2014-2019)

Titulaires de la chaire : David Fraser, Dan Weary et Nina Von Keyserlingk, University of British Columbia

  • Une variété de méthodes scientifiques sont actuellement disponibles pour faire de bonnes déductions à propos de l’état affectif des bovins. Ces méthodes peuvent être utilisées, seules ou en combinaison, pour identifier des changements sur le plan de la gestion qui améliorent le bien-être. {Affiche}
  • Les veaux se souvenaient que l’ébourgeonnage à la pâte caustique était davantage aversif que le fer chaud; nous recommandons l’ébourgeonnage au fer chaud associé à l’utilisation d’un sédatif, d’un anesthésiant local et d’un analgésique, ou d’éviter cette procédure en recourant à une génétique sans cornes. {Affiche}
  • L’incidence de boiterie est plus élevée pendant la période de tarissement; les vaches qui passent moins de temps à s’alimenter prépartum présentent un risque accru de développer une maladie; et les vaches qui se tiennent davantage debout après le vêlage sont plus susceptibles de développer des lésions de la sole. {Affiche}

img-logo2-fr.pnglogo-fr.pngUnknownUnknown-2Unknown-3UnknownUnknown-1Unknown-4

Unknown-2

Unknown-1

Unknown-8.png

Unknown-5Unknown-3Unknown-6

 

 


Pour de plus amples renseignements sur les programmes de recherche des PLC, visitez recherchelaitiere.ca. Pour consulter le cahier de conférences du WCDS de 2020, consultez leur site web à : https://wcds.ualberta.ca/proceedings/.

 

 

 

 

 

 

 

Les Producteurs laitiers du Canada : informations et ressources sur la COVID-19

Questions sur l’approvisionnement en lait :

Au cours des dernières semaines, vous avez peut-être observé des fluctuations des stocks de produits laitiers dans vos épiceries locales et vu des reportages à propos des défis auxquels sont confrontés les producteurs. Partout au Canada, les producteurs laitiers travaillent avec leurs partenaires de la chaîne d’approvisionnement, faisant tout ce qui est en leur pouvoir pour veiller à ce qu’il y ait un approvisionnement ininterrompu en lait, malgré les circonstances sans précédent causées par la pandémie de COVID-19.

La pandémie a entraîné des fluctuations imprévues de la demande en produits laitiers, ce qui a mené à des pénuries chez certains détaillants. Or, ces pénuries ne sont pas dues à une capacité de production insuffisante dans les fermes, mais bien aux défis que la chaîne d’approvisionnement doit surmonter en temps réel pour approvisionner le marché en produits laitiers. En effet, toute la chaîne d’approvisionnement a dû s’adapter à la situation en mettant en place de nouvelles mesures pour prévenir la transmission de la COVID-19 d’humain à humain. Par ailleurs, la fermeture quasi complète de l’industrie de la restauration a aussi eu des impacts considérables sur la demande de certains produits laitiers clés.

Ces changements rapides et imprévus ont entraîné la nécessité de jeter une partie du lait produit dans des fermes de certaines régions, puisqu’il n’y avait aucune installation pour transformer ce lait cru. Cependant, cette opération a été faite conformément aux règles et règlements environnementaux en vigueur. La dernière chose que veulent les producteurs laitiers est de jeter du lait, mais comme vous le savez, pour des raisons de salubrité, le lait cru doit être pasteurisé avant d’être consommé. Les producteurs laitiers travaillent actuellement en collaboration avec les transformateurs pour s’ajuster aux circonstances et trouver des solutions.

Partout au pays, les producteurs laitiers soutiennent activement les banques alimentaires, et ce, à longueur d’année. Et à l’heure actuelle, l’industrie accroît ce soutien, en plus de déployer d’autres initiatives.

La pandémie a créé des circonstances exceptionnelles, et les producteurs laitiers travaillent assidûment pour en atténuer les impacts. Comme tout le monde, nous avons hâte que cette situation difficile prenne fin.

Les producteurs laitiers saluent les femmes et les hommes qui travaillent fort partout au Canada, malgré les circonstances sans précédent, et remercient les multiples autorités de santé publique, organisations, travailleurs de la santé de première ligne et membres du personnel d’urgence, ainsi que tous ceux et celles qui prodiguent inlassablement des soins et tentent de contenir la propagation du virus.

SitedesPLC.png

Les membres de l’équipe de recherche poursuivent leurs activités en sécurité en travaillant à partir de la maison et en respectant les exigences et directives de santé publique. Si vous avez des questions sur la recherche, vous pouvez nous contacter à info@dairyresearch.ca.

Le kiosque de la recherche laitière des Producteurs laitiers du Canada sera au Western Canadian Dairy Seminar

Le kiosque de la recherche laitière des Producteurs laitiers du Canada (PLC) sera l’un des kiosques à visiter lors du Western Canadian Dairy Seminar (WCDS) qui se tiendra à Red Deer, en Alberta, du 10 au 13 mars prochain. Plus de 800 participants, dont la plupart sont des producteurs laitiers, seront présents à cet événement où les PLC distribueront un nouveau feuillet d’information sur les meilleures pratiques pour l’utilisation du bain de pieds ainsi que des résumés des nouveaux projets de la Grappe de recherche laitière 3.

Unknown copy 4De plus, parmi les nombreux conférenciers invités au WCDS, Nina von Keyserlingk, professeure à l’Université de la Colombie-Britannique et l’une des titulaires de la Chaire de recherche industrielle du CRSNG en bien-être des bovins laitiers, présentera une conférence sur Identifying Gaps in Building Bridges: Working Towards a Sustainable Dairy Industry. Les PLC ont été l’un des partenaires fondateurs de la Chaire en bien-être des bovins laitiers de l’Université de la Colombie-Britannique lorsqu’elle a été créée en 1997. Depuis, les producteurs laitiers canadiens ont continué d’investir dans le programme et ont renouvelé leur engagement pour un nouveau mandat de cinq ans s’échelonnant de 2019 à 2024.

Nina von Keyserlingk et les cotitulaires de la chaire, Dan Weary et David Fraser, ont développé un programme de renommée mondiale dans ce domaine de recherche, fournissant des données scientifiques permettant d’établir les meilleures pratiques et normes en matière de bien-être des bovins laitiers au Canada et ailleurs dans le monde. Plus particulièrement, les résultats publiés de leur recherche ont servi de données scientifiques dans l’élaboration des protocoles d’évaluation du bien-être animal pour le volet Bien-être des animaux de proActionMD des PLC.

Pour consulter un sommaire des récentes conclusions de la Chaire en bien-être des bovins laitiers, consultez les Faits saillants de la recherche laitière 2018.

La vitamine B12 dans les produits laitiers s’assimile mieux

image006

Le lait est une excellente source de vitamine B12. En effet, un verre de lait (portion de 250 ml) fournit environ la moitié de l’apport quotidien recommandé chez les adultes¹. De plus, des études, dont certaines ont été financées dans le cadre de la Grappe de recherche laitière 2 (2013-2018), ont révélé que la vitamine B12 présente dans le lait de vache s’assimile beaucoup mieux que les suppléments de vitamines, et que le fromage cheddar est l’une des meilleures sources naturelles de vitamine B12, après le lait de vache.

images copy 2Christiane Girard, chercheuse scientifique au Centre de recherche et de développement de Sherbrooke, et son équipe de collaborateurs ont réalisé leur étude en utilisant des porcs, car leur système digestif est très similaire à celui de l’être humain. Ils ont donné à des porcs soit du lait de vache, soit des suppléments de vitamine B12 afin de comparer le taux d’assimilation de cette vitamine. Ils ont observé que la vitamine B12 présente naturellement dans le lait de vache s’assimile deux fois mieux que celle d’origine synthétique².

L’équipe de recherche a également cherché à savoir si la vitamine B12 présente dans les autres types de produits laitiers s’assimilait mieux qu’un supplément synthétique. Pour fin de comparaison, ils ont donné aux porcs un repas de fromage cheddar, de fromage suisse, de yogourt, de tofu (sans aucune trace de B12) ou de tofu avec B12 synthétique ajoutée. Ils ont comparé le taux d’apparition de la B12 dans le sang dans les heures qui ont suivi et ont découvert que le fromage cheddar l’emporte haut la main sur le tofu enrichi de B12 synthétique. La vitamine B12 provenant du fromage avait un taux de biodisponibilité deux fois plus élevé que celle du tofu enrichi de vitamine B12 synthétique. Le fromage cheddar est donc l’une des meilleures sources naturelles de vitamine B12 après le lait de vache³.

Sources et rôles de la vitamine B12

La vitamine B12 est principalement présente dans les aliments d’origine animale, notamment la viande, la volaille, le poisson, les fruits de mer, les œufs et les produits laitiers. Elle peut également être trouvée dans quelques aliments végétaux qui sont enrichis avec cette vitamine.

Cette vitamine est essentielle pour assurer les fonctions neurologiques et pour la croissance et la division des cellules, dont les globules rouges.

Les végétariens, principalement les végétaliens, les personnes âgées et les femmes enceintes sont plus à risque de déficience en vitamine B12 .

{Ce texte contient des extraits d’un article publié par Agriculture et Agroalimentaire Canada}


¹ http://www.savoirlaitier.ca/nutriments-laitiers/autres-elements-nutritifs/le-lait-source-excellente-de-vitamine-b12

² J. Jacques Matte, F. Guay et C. L. Girard. Bioavailability of vitamin B12 in cows’ milk. British Journal of Nutrition 2012; 107, 61-66

³ D. Dalto Bueno, I. Audet, C.L. Girard, J. J. Matte. Bioavailability of Vitamin B12 from Dairy Products Using a Pig Model. Nutrients 2018 Aug 21;10(9). pii: E1134