Grappe de recherche laitière 3 : PROJET DE RECHERCHE EN VEDETTE

Au cours des prochains mois, nous présenterons l’un des 15 nouveaux projets de recherche de la Grappe 3 dans chacun de nos blogues afin de permettre à nos abonnés d’en apprendre davantage à propos de la recherche en cours. En effet, nos lecteurs découvriront comment la recherche est associée aux priorités de recherche des producteurs laitiers, pourquoi elle est importante pour favoriser l’innovation dans l’industrie laitière et ils en apprendront davantage sur les chercheurs participant aux projets.

Bonne lecture!

Logo_Grappe laitière 3-Phrase

Optimiser la santé et la production des vaches en système de traite automatisé

Une nouvelle recherche débutée en 2018 dans le cadre de la Grappe de recherche laitière 3 explore des moyens de maximiser l’efficacité des systèmes de traite automatisés et d’optimiser la santé des vaches qui les utilisent. Le projet, dirigé par le Dr Trevor DeVries de l’Université de Guelph, tombe à point puisqu’environ 11 % des fermes participant à un programme de contrôle laitier au Canada utilisent des robots et que l’adoption de cette technologie continue de s’accélérer.

La portée de cette nouvelle recherche est impressionnante. Il s’agit de la première étude du genre à explorer les technologies de traite automatisées dans des fermes de toutes les provinces. De plus, l’étude sera basée sur des données recueillies en collaboration avec Lactanet. L’équipe de recherche comprend des experts canadiens de renom provenant de partout au pays et spécialisés dans les domaines de la santé des bovins laitiers, de la gestion et de la nutrition : les DrsGreg Penner et Tim Mutsvangwa (Université de la Saskatchewan), les DrsKarin Orsel et Ed Pajor (Université de Calgary), le Dr Todd Duffield (Université de Guelph) ainsi que Richard Cantin, Débora Santschi et René Lacroix (Lactanet).

L’équipe de recherche identifiera les facteurs au niveau des vaches et du troupeau qui influent sur la production laitière, la santé des vaches et l’efficacité de l’utilisation des robots en étudiant un échantillon à grande échelle de fermes laitières. L’information sera utilisée pour identifier les meilleures pratiques de gestion pour aider les producteurs employant des systèmes automatisés à produire du lait plus efficacement et à maintenir leurs vaches laitières en bonne santé. Un accent particulier sera mis sur la santé des vaches en début de lactation et sur les pratiques d’alimentation dans les étables en fonction de la conception et de la configuration de l’étable et cela, pour tous les stades de lactation.

« Considérant le nombre de fermes utilisant des systèmes de traite automatisés et le potentiel de croissance de cette technologie, il nous manque encore des connaissances sur les meilleures stratégies que peuvent utiliser les producteurs pour relever certains des défis que nous avons identifiés lors des recherches menées dans le cadre de la Grappe de recherche laitière 2. Cette nouvelle recherche s’appuiera sur ces résultats », a indiqué le Dr DeVries.

Dans le projet de la Grappe de recherche laitière 2 sur les systèmes de traite automatisés, les chercheurs ont démontré qu’une baisse de production laitière et des problèmes en lien avec la santé des vaches, particulièrement en début de lactation, avaient un impact sur la rentabilité des systèmes automatisés. La boiterie, par exemple, était l’un des principaux facteurs identifiés comme ayant un impact négatif global sur la production de lait par vache et par robot. En effet, les vaches présentant une boiterie clinique (pointage pour la démarche de 3 sur 5 ou plus) produisaient 1,6 kg de lait de moins par jour que les vaches en santé et se faisaient traire 0,3 moins de fois par jour. De plus, il était deux fois plus probable que les producteurs doivent aller les chercher pour la traite. De plus, les vaches souffrant de boiterie grave (pointage pour la démarche de 4 sur 5 ou plus) étaient les plus susceptibles de devenir des vaches qu’il faut systématiquement aller chercher pour la traite.

YouTubevideo_MKingLamenessAMS
Visionnez la vidéo des résultats de la Grappe de recherche laitière 2 préparée par Meagan King (en anglais).

Pendant une période de 12 mois, ce groupe de chercheurs recueillera des données sur le logement, l’alimentation et la gestion par ferme et par système automatisé, et extraira les données issues du contrôle laitier pour chaque troupeau. Les données seront analysées afin d’évaluer l’impact au niveau des vaches et du troupeau sur la production laitière, la santé et l’utilisation du robot.

« L’important volume de données recueillies par ferme et par région nous permettra d’évaluer le rendement des systèmes automatisés. Nous serons ensuite en mesure d’établir des associations ou des différenciations, et d’élaborer des valeurs de référence dont les producteurs laitiers pourront se servir s’ils traient déjà leurs vaches avec des robots ou s’ils envisagent d’installer cette technologie sur leur ferme. Nous sommes impatients de développer pour les producteurs laitiers canadiens des informations indépendantes très pratiques, basées sur la science, et qui les aidera à utiliser la technologie le plus efficacement possible », a conclu le Dr DeVries.

Le projet en bref

  • Échéancier : 2018-2022
  • Budget : 300 000 $
  • Partenaires financiers : Agriculture et Agroalimentaire Canada et Les Producteurs laitiers du Canada, avec une contribution en nature de Lactanet
  • Nombre de fermes participantes : Plus de 200
  • Nombre d’étudiants qui seront formés : Plus de 8

 L’équipe de recherche

T DeVries 2019

Le Dr Trevor DeVries (professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le comportement et le bien-être des bovins laitiers) est le chercheur principal, le coordonnateur du projet et le principal conseiller pour l’étudiant au doctorat et les assistants de recherche de premier cycle qui travailleront l’été à l’Université de Guelph. Le Dr DeVries coordonnera l’ensemble de la collecte des données, particulièrement celles recueillies en Ontario et au Québec.

 

Unknown-4

Le Dr Todd Duffield (professeur, Ontario Veterinary College) est collaborateur et membre du comité consultatif de l’étudiant au doctorat à l’Université de Guelph et participera à la conception du projet ainsi qu’à l’analyse et à l’interprétation des données.

 

Unknown-2Unknown-3Le DrGregory Penner (professeur agrégé en physiologie de la nutrition) et le DTimothy Mutsvangwa (professeur en nutrition et métabolisme des ruminants) de l’Université de la Saskatchewan fourniront leur expertise en physiologie de la nutrition des bovins laitiers. À titre de co-chercheur, Dr Penner aura la responsabilité de conseiller les assistants de recherche du premier cycle qui travailleront pendant l’été à recueillir des données dans des fermes de la Saskatchewan et du Manitoba. De plus, les deux chercheurs participeront à l’interprétation des données et à la rédaction du manuscrit. 

Unknown-1La Dre Karin Orsel (professeure agrégée en épidémiologie vétérinaire à l’Université de Calgary) aura la responsabilité, en tant que co-chercheuse, de conseiller les assistants de recherche du premier cycle qui travailleront pendant l’été à recueillir des données dans des fermes de l’Alberta. La DreOrsel et le Dr Pajor (collaborateur) contribueront à l’interprétation des données et à la rédaction du manuscrit.

UnknownCe projet implique une importante collaboration de membres de l’équipe de Lactanet : Richard Cantin, Débora Santschi et René Lacroix. Ceux-ci participeront à l’identification et au recrutement des troupeaux, fourniront une expertise en gestion des données et donneront accès aux données du contrôle laitier de Lactanet (sous réserve de l’approbation des producteurs et de leur consentement à participer à l’étude).

Les sommaires des 15 nouveaux projets de recherche lancés dans le cadre de la Grappe de recherche laitière 3 sont maintenant disponibles en ligne

Grappe 3_OptimisertraiteautomatiseQuinze nouveaux projets de recherche portant sur l’efficacité et la durabilité des fermes laitières, la santé et le bien-être des vaches, la qualité du lait, et le lien entre les produits laitiers et la santé cardiométabolique ont été annoncés dans le cadre de la Grappe de recherche laitière 3 en juillet 2019. Les engagements financiers conjoints de l’industrie et du gouvernement pour la Grappe de recherche laitière 3 totalisent 16.5 M$, y compris la contribution des partenaires majeurs Agriculture et Agroalimentaire Canada, Les Producteurs laitiers du Canada, Lactanet Canada et Novalait. De plus, 1 300 fermes laitières et 10 transformateurs laitiers consacreront du temps aux projets de recherche proposées en collaborant avec les équipes de recherche.

Un sommaire de chaque projet de recherche est maintenant disponible en ligne à recherchelaitiere.ca. Les sommaires contiennent la liste des chercheurs qui travaillent sur le projet, le montant investi, les objectifs, un aperçu du projet de même que les résultats attendus.

Des copies des sommaires seront distribuées lors des prochaines conférences où la Grappe de recherche laitière tiendra un kiosque.

 

Blogue vidéo : Derek Haley et la santé des veaux

Un nouveau blogue vidéo (VLOG) est maintenant disponible. Il met en vedette Derek Haley, Ph.D., de l’Université de Guelph, qui présente ses résultats de recherche sur la santé et le bien-être des veaux et l’utilisation de nourrisseurs à veaux automatiques. Grâce à un financement en vertu de la Grappe de recherche laitière 2 (2013-2018), Dr. Haley et ses collaborateurs ont étudié les exigences en matière de main-d’œuvre, les avantages potentiels sur le plan du bien-être des veaux et la capacité d’accélérer le rendement des veaux présevrés logés dans des groupes avec des dispositifs d’alimentation automatisés. Regardez le VLOG du Dr. Haley expliquant ses conclusions sur la chaîne YouTube de la Grappe de recherche laitière :

MOOCs sur la mammite

Une nouvelle série de cours en ligne (MOOC) sur la mammite est maintenant offerte gratuitement par l’entremise de l’Université de Montréal. Cette série a été conçue par le Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine et la qualité du lait (RCRMBQL) et l’Université de Montréal dans le cadre du programme CRSNG FONCER en qualité du lait. Les chercheurs ont réuni des experts de plus de 20 pays en vue de développer cette série de cours, dont l’objectif principal est d’initier les étudiants des cycles supérieurs à la science entourant la mammite et à les préparer pour leurs programmes de recherche. Des praticiens, professeurs et autres professionnels du secteur laitier possédant de bonnes connaissances scientifiques peuvent également s’inscrire à ces cours afin de parfaire leurs connaissances.

MOOC1_eng.jpg
Le premier cours en ligne intitulé « La glande mammaire et sa réponse à l’infection » est offert depuis novembre 2017. Ce premier cours présente des connaissances de base sur l’anatomie et la physiologie de la glande mammaire, la réponse immunitaire, le rôle de la génétique et la pathophysiologie. Pour obtenir plus d’information, visitez le : MOOC Mammite 1.

MOOC2_eng.jpgLe deuxième cours en ligne est intitulé « Épidémiologie et diagnostic de la mammite » et aborde les méthodes d’identification de la mammite et les méthodes de diagnostic. Pour vous inscrire ou obtenir plus d’information, visitez le : MOOC Mammite 2.

Un troisième cours en ligne intitulé « Contrôle de la mammite et qualité du lait » sera offert à une date ultérieure.

La détection automatisée des chaleurs fonctionne aussi bien que les protocoles de synchronisation et fournit des données sur la fertilité

La détection automatisée des chaleurs fonctionne aussi bien que les protocoles de synchronisation et fournit des données sur la fertilité

Auteurs : Dr Ronaldo Cerri (Université de la Colombie-Britannique) et Meagan King, (Post-doc, Université de Guelph)

Pourquoi les moniteurs d’activité automatisés (MAA) sont-ils de plus en plus populaires sur les fermes laitières canadiennes? La recherche financée par les PLC a montré que les MAA peuvent fonctionner aussi bien que les protocoles de synchronisation tout en prédisant également quelles vaches seront les plus fertiles.

Les colliers attachés au cou ou les podomètres attachés à la patte sont actuellement utilisés sur 10 % des fermes laitières canadiennes comme principale stratégie de gestion de la reproduction (> 50 % des inséminations). La détection visuelle des chaleurs et l’insémination artificielle (IA) à temps prédéterminé sont encore davantage utilisées que les MAA, mais cela pourrait changer puisque l’utilisation d’hormones fait de plus en plus l’objet d’une haute surveillance.

Deux essais importants sur le terrain en Ontario et en Colombie-Britannique (financés par la Grappe de recherche laitière 2 et supervisés par le Dr Ronaldo Cerri de l’Université de la Colombie-Britannique et les étudiants Tracy Burnett, Augusto Madureira et Liam Polsky) ont révélé que les programmes de reproduction utilisant les MAA pour la détection des chaleurs sont aussi efficaces que ceux qui se fondent largement sur les protocoles de synchronisation.

Les vaches reproductrices, selon les données des MAA, avaient des taux de gestation similaires par IA et par jours ouverts comparativement à ce qui était observé avec un programme strict d’IA à temps déterminé (programme « Presynch-Ovsynch »). Dans le but d’améliorer l’exactitude de la détection des chaleurs et l’utilisation des données des MAA pour la prise de décisions de gestion à la ferme, le groupe de recherche du Dr Cerri étudie comment les périodes d’œstrus et leur intensité sont liées à l’ovulation, à la fonction ovarienne/utérine, à la fertilité et au rendement des programmes de reproduction des vaches laitières.

Les chercheurs ont aussi découvert que les vaches ayant des chaleurs intenses et des changements importants de leur activité (durant l’œstrus spontané et induit) avaient de meilleurs taux de gestation par IA et étaient plus fertiles, comparativement aux vaches ayant des chaleurs de faible intensité qui présentaient plus fréquemment un défaut d’ovulation. De plus, les vaches se retrouvant parmi les 25 % les plus productives avaient les chaleurs les moins intenses et les plus courtes. Les vaches plus âgées, celles ayant un état de chair faible, et celles ayant un indice température-humidité élevé (plus de 65) ont également montré un comportement œstral plus faible.

Dans l’essai sur le terrain mené en Colombie-Britannique, il y avait une variation importante entre les fermes quant au rendement des programmes basés sur la détection des chaleurs, probablement parce que les MAA sont plus sujets aux variations entre les fermes que les protocoles établis d’IA à temps déterminé. Cela signifie que le meilleur programme de reproduction pour chaque ferme peut varier selon les forces de la ferme, particulièrement selon qu’elles parviennent mieux à utiliser les MAA ou les horaires d’injection correctement et uniformément. Les vaches anovulatoires et celles ayant une mauvaise santé des pattes peuvent également altérer le rendement des programmes de reproduction utilisant les MAA.

Ultimement, il faudrait tenir compte des différences de points de vue et de préférences des producteurs laitiers canadiens (mis en évidence dans un sondage national effectué par José Denis-Robichaud) au moment de choisir les outils optimaux de gestion de la reproduction. Par exemple, les producteurs ont différentes opinions sur les hormones de reproduction en ce qui concerne leur rentabilité et leurs effets à long terme sur la fertilité. Cependant, pour les fermes qui obtiennent déjà des taux de conception de 30 à 35 % en pratiquant la mise à la reproduction durant l’œstrus, cela restera plus rentable que d’effectuer les protocoles complets de synchronisation.

Nouvelle stratégie nationale de recherche laitière annoncée

dfc_researchstrategy_fin_freoct2016-copy

Les Producteurs laitiers du Canada (PLC) ont adopté une nouvelle stratégie pour orienter leurs investissements dans la recherche en production laitière et en nutrition et santé humaines. Quatre thèmes majeurs de recherche ont été identifiés :

  1. Efficacité et durabilité des fermes laitières
  2. Santé et bien-être animal
  3. Composition, qualité et salubrité du lait
  4. Le rôle des produits laitiers et de leurs composantes dans la nutrition et la santé humaines.

Des résultats visés et des domaines d’investissement prioritaires ont été établis pour chaque thème afin de s’assurer que les projets de recherche aborderont les enjeux que souhaitent résoudre en priorité les producteurs laitiers canadiens. Pour consulter la version complète de la stratégie, visiter Recherchelaitiere.ca.

La stratégie servira comme guide important pour les investissements en recherche des PLC au cours des prochaines années. Comme prochaine étape dans notre processus de planification, les PLC lanceront un appel de propositions de recherche dans la semaine du 14 novembre 2016. Les chercheurs canadiens seront invités à faire une demande de financement dans le cadre de la prochaine Grappe de recherche laitière.

Si vous souhaitez recevoir l’annonce et les détails pour l’appel de propositions, veuillez svp vous inscrire d’ici le 11 novembre à notre liste de distribution en cliquant sur le lien suivant : Liste de distribution pour appel de propositions de recherche des PLC.

Nouvelle gouvernance pour les investissements nationaux en recherche : le Conseil canadien de la recherche laitière

Le Conseil canadien de la recherche laitière (CCRL) est un nouveau comité composé de représentants de toutes les organisations laitières provinciales ainsi que des membres du conseil d’administration des PLC, dont il relève. Le CCRL guide le développement, la mise en place et la réalisation des activités de recherche en production laitière et en nutrition et santé humaines.

Le Conseil a réalisé son premier mandat en juin 2016, qui consistait à élaborer la Stratégie nationale de recherche laitière des PLC afin de mieux coordonner les investissements en recherche des producteurs laitiers à l’échelle nationale et provinciale. La stratégie nationale a été approuvée par le conseil d’administration des PLC en juin 2016 et présentée à l’assemblée générale annuelle des PLC en juillet 2016.

Pour plus de renseignements sur la gouvernance de la recherche au niveau national et les faits saillants de la recherche, téléchargez les documents ci-dessous :

Des scientifiques canadiens de l’industrie laitière ont reçu des prix pour l’excellence de leur recherche

Huit scientifiques canadiens de l’industrie laitière ont été salués au pays et ailleurs dans le monde pour leur contribution à la science du lait dans les domaines de la nutrition animale, de la salubrité des aliments, des soins et du bien-être des animaux et de la santé animale.

Les Producteurs laitiers du Canada tiennent à féliciter ces scientifiques pour l’ensemble de leurs travaux et réalisations en science du lait et également pour leur apport à l’innovation dans l’industrie laitière canadienne. Tous ces chercheurs mènent actuellement de la recherche pour le secteur laitier dans le cadre de projets cofinancés par les PLC ou les organisations provinciales membres des PLC.

Les chercheurs Trevor DeVries, Filippo Miglior, Kees Plaizier et Michael Steele ont tous reçu un prix de la Société canadienne de science animale (SCSA); et les chercheurs Hélène Lapierre, Xin Zhao et Micheal Steele ont chacun reçu un prix de l’American Dairy Science Association (ADSA) lors de l’assemblée générale annuelle conjointe qui s’est tenue à Salt Lake City, en Utah, la semaine dernière. Les chercheurs Marina von Keyserlingk et Dan Weary ont reçu le tout premier Ruminant Well-being Award octroyé par la Société mondiale de buiatrie (et commandité par Boehringer Ingelheim – Santé des animaux) au début juillet.

Dans les paragraphes qui suivent, vous pourrez lire une courte description des prix reçus et du travail actuellement mené par ces chercheurs dans l’industrie laitière canadienne.

PRIX SCSA 

picture-411-1374065396

 

Filippo Miglior, Ph. D., chef de la recherche et du développement stratégique, Réseau laitier canadien – Prix Technical Innovation in Enhancing Production of Safe Affordable Food (SCSA)

Filippo Miglior est un généticien spécialiste des bovins laitiers reconnu mondialement. Il gère des projets de recherche sur l’amélioration de la génétique du bétail laitier financés par le RLC et est responsable de la planification stratégique et de l’établissement des priorités de recherche pour cette organisation. Il est le principal chercheur pour deux projets majeurs en génomique et génétique laitières de la Grappe de recherche laitière et co-chercheur dans deux autres projets. En outre, il est co-directeur d’un projet de 10,3 millions de dollars financé par des partenaires, y compris le RLC et Génome Canada, visant à accroître l’efficience alimentaire des bovins laitiers et à réduire les émissions de GES du bétail laitier.

Unknown

 

Trevor DeVries, Ph. D., professeur agrégé, département des biosciences animales, Université de Guelph – Canadian Animal Industries Award in Extension and Public Service 

Trevor DeVries a fait d’importantes contributions à l’industrie laitière canadienne au moyen de sa recherche et de ses activités de vulgarisation sur les effets de la gestion de l’alimentation et du logement sur le comportement du bétail laitier. En outre, il a agi à titre de directeur technique, de contributeur et de conseiller dans le cadre du développement du volet Bien-être animal du programme proAction des Producteurs laitiers du Canada et est membre du Comité technique de ce volet. Récemment, il a présenté de l’information vulgarisée sur le confort et le bien-être du bétail laitier dans une série de webinaires destinés aux producteurs laitiers canadiens et développés par les PLC et Valacta. Cette série de webinaires fournit des renseignements importants sur l’évaluation du confort des vaches et les surfaces et espaces confortables sur la base des plus récentes recherches de la Grappe de recherche laitière financée par les producteurs. Pour visionner les webinaires enregistrés animés par Trevor DeVries et l’experte en transfert Julie Baillargeon (Valacta), visitez le www.dairyknowledge.ca.

2016SteeleMike

Michael Steele, Ph. D., professeur adjoint, département des sciences de l’agriculture, des aliments et de la nutrition, Université de l’Alberta – Young Scientist Award (SCSA) et Lallemand Animal Nutrition Award for Scientific Excellence in Dairy Nutrition (ADSA) 

Dans le cadre de ses recherches, Michael Steele cherche à comprendre la manière dont les programmes de gestion et de nutrition au début de la vie d’un veau ont un impact sur ses caractéristiques biologiques plus tard au cours de sa vie; à découvrir et à évaluer les modèles d’alimentation et les nutriments bioactifs qui présentent les propriétés requises pour améliorer la santé intestinale des veaux laitiers; et à caractériser les adaptations ruminales et intestinales pendant la transition vers des rations riches en énergie au début de la lactation au moyen de modèles d’alimentation fondés sur les rations laitières commerciales couramment données aux animaux.

L’équipe de son laboratoire est particulièrement intéressée par l’implantation de nouveaux modèles d’alimentation au moyen de systèmes d’alimentation novateurs, tels que les nourrisseurs à veau automatiques et les systèmes de traite automatisée.

 

Plaizier

Kees Plaizier, Ph. D., professeur et directeur associé de département, directeur de l’unité de recherche sur les ruminants, Université du Manitoba – Prix Excellence in Nutrition and Meat Sciences 

Les contributions de Kees Plaizier au secteur laitier du Manitoba et du Canada sont importantes. Ses recherches portent entre autres sur les sujets suivants : l’impact de l’acidose ruminale subaiguë sur la santé et la production des vaches laitières; la durabilité environnementale des fermes laitières; la gestion des vaches taries; les cultures de levure; le diagnostic de l’acidose ruminale subaiguë; et l’évaluation des aliments des ruminants. L’un des projets de recherche qu’il a menés pour les producteurs laitiers du Manitoba a fourni des renseignements vitaux pour le développement de bonnes pratiques de gestion visant à optimiser l’utilisation du phosphore dans l’alimentation des vaches.

PRIX ADSA 

feature_1457129050893_01

 

Hélène Lapierre, Ph. D., chercheuse scientifique, AAC, Sherbrooke, Québec – American Feed Industry Association Award 

Hélène Lapierre a reçu le prix de l’American Feed Industry Association. Ce prix est remis à une personne qui a grandement contribué à la recherche dans le domaine de la nutrition des bovins laitiers.

Hélène Lapierre dirige un important projet de recherche qui s’inscrit dans la Grappe de recherche laitière. Son projet vise à mieux équilibrer les rations alimentaires des vaches laitières et à réduire la quantité de protéines dans les rations tout en maintenant la santé des vaches. À cet égard, des recommandations qui permettront un meilleur équilibre des rations alimentaires pourraient permettre à une ferme moyenne d’augmenter ses revenus d’environ 0,15 $ par vache par jour, soit près de 4 000 $ par année, grâce à des économies sur le coût d’alimentation des vaches. Par ailleurs, réduire le taux de protéines dans les rations laitières, en passant d’une moyenne de 18,1 % à un taux réaliste de 16,5 %, permettra au Canada de diminuer l’excrétion azotée de 17 000 tonnes par année et de réaliser des économies annuelles de 77,5 millions de dollars.

Les Producteurs laitiers du Canada sont fiers d’investir dans sa recherche. Pour un résumé de ses travaux, cliquez sur le lien ci-dessous afin de lire l’article intitulé Nourrir les vaches différemment, un plus pour les producteurs et pour l’environnement.

 

MacCampusProject

Xin Zhao, Ph. D., professeur en physiologie animale, Université McGill – West Agro, Inc. Award 

Le prix West Agro, Inc. Award a été remis à Xin Zhao afin de saluer la recherche exceptionnelle qu’il mène sur l’impact du contrôle de la mammite, de la gestion de la traite et des pratiques de production laitière sur la qualité du lait.

Xin Zhao bénéficie de subventions de recherche des PLC et du Réseau laitier canadien afin de mener de la recherche sur la génétique associée au taux de cholestérol du lait de vache et l’interaction agents pathogènes-hôte dans les cas de mammite. Son équipe et lui visent à comprendre la manière dont les stratégies liées à la virulence microbienne affectent la nature et l’ampleur de la réponse de l’hôte et dont la réponse immunitaire associée influe sur le cours de l’infection.

Des étudiants canadiens en science laitière partagent leurs connaissances à l’ADSA

FullSizeRender

Félicitations à tous les étudiants canadiens en science du lait qui ont pris part aux assemblées de l’American Dairy Science Association la semaine dernière à Salt Lake City. Certains étudiants ont diffusé leurs conclusions et connaissances auprès de milliers de participants lors de présentations orales et par affiches.


LE SAVIEZ-VOUS?

Les investissements des PLC dans la recherche sur la production laitière et la nutrition et la santé humaines soutiennent la formation de 130 étudiants de partout au Canada!


 

Marina von Keyserlingk, Ph. D., et Daniel Weary, Ph. D., de l’Université de la Colombie-Britannique ont reçu le premier Ruminant Well-being Award décerné à l’occasion du World Buiatrics Congress 2016

article_17

Les chercheurs Marina von Keyserlingk et Daniel Weary, de l’Université de la Colombie-Britannique, au Canada, ont reçu le premier Ruminant Well-being Award décerné d’une valeur de 15 000 €. Le Ruminant Well-being Award est commandité par Boehringer Ingelheim – Santé des animaux.

Ces chercheurs sont deux des trois cotitulaires de la Chaire de recherche industrielle du CRSNG en bien-être des bovins laitiers, qui est cofinancée par les PLC et des partenaires du secteur laitier depuis 15 ans. Pour de plus amples renseignements sur leurs domaines de recherche et leur apport au secteur laitier canadien, visitez le www.recherchelaitiere.ca.

 

Les webinaires sur le confort des vaches : Des connaissances très appréciées!

Du 23 février au 6 avril 2016, Valacta et Les Producteurs laitiers du Canada ont présenté Unknown-1une série de 3 webinaires sur le confort des vaches à l’étable offerte en français et en anglais à tous les producteurs laitiers du pays. Au total, pour les 6 présentations, 288 producteurs se sont connectés pour écouter en vrai nos experts Steve Adam, Trevor DeVries et Julie Baillargeon discuter des enjeux et solutions. Comme tous les documents et enregistrements sont disponibles sur le site www.dairyknowledge.ca, nous avons observé que 2 641 personnes ont visité le site pour se renseigner sur le sujet. Petite statistique intéressante, des gens de 26 pays différents sont venus visionner les documents mis en ligne. Le confort est au cœur des préoccupations de tous les producteurs laitiers!

Ces webinaires avaient comme objectifs d’inciter les producteurs à adopter de bonnes pratiques de confort pour leurs animaux et par le fait même, de valoriser les résultats issus de la Grappe de recherche laitière. Cela nous a aussi permis de constater que les producteurs ont apprécié les webinaires; un nouveau mode de transfert des connaissances qui pourrait bien nous inciter à récidiver!

Nouvelle chaire de recherche industrielle sur la vie durable des bovins laitiers à l’Université McGill

MacCampusProject

Les Producteurs laitiers du Canada (PLC) sont fiers d’offrir un soutien financier, en partenariat avec Novalait, Valacta, l’Université McGill et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRNSG), à une nouvelle chaire de recherche industrielle sur la vie durable des bovins laitiers. L’investissement total des partenaires dans cette recherche est de plus de 1,6 million de dollars sur cinq ans. Le programme de recherche sera dirigé par la titulaire de la chaire du CRSNG, Elsa Vasseur, de l’Université McGill.

La recherche porte sur trois thèmes principaux :

  1. Le confort et la gestion des vaches
  2. La longévité des vaches
  3. L’environnement et la société.

Sur le thème du confort et de la gestion des vaches, la recherche traitera des systèmes de stabulation entravée (étant donné leur popularité actuelle) et examinera les solutions pour faire la transition vers les systèmes de stabulation libre pour les producteurs laitiers qui souhaitent envisager cette option. Tous les éléments seront abordés sous l’angle du confort et de la gestion des animaux. De plus, chaque domaine sera évalué en fonction des retombées économiques potentielles.

Le thème de la longévité des vaches évaluera l’impact économique des facteurs de risque propres à la longévité des vaches en lien avec la gestion, le logement, et le confort et la santé des vaches. Il portera aussi sur le profit à vie à l’échelle de la vache individuelle et du troupeau, et visera à créer des outils d’aide à la décision pour améliorer la gestion globale de la ferme, les profits et le bien-être et la longévité des vaches, particulièrement en évaluant i) la rentabilité à vie, ii) l’élevage des animaux et ii) le dépistage précoce des indicateurs de longévité.

L’objectif de la recherche menée dans le cadre du thème environnement et société est de commencer à comprendre, à anticiper et à prévenir les conflits potentiels et à trouver des solutions qui amélioreraient tant le bien-être que la longévité des vaches (p. ex. pratiques clés et systèmes de gestion ciblés dans les thèmes de recherche 1 et 2), mais qui pourraient contrebalancer la durabilité globale de la ferme et du système agricole en nuisant à l’impact environnemental et à l’acceptabilité sociale.

Lors d’une entrevue avec un journaliste du McGill Reporter, Mme Vasseur a expliqué les résultats du programme de la chaire de recherche, affirmant que : « Économiquement parlant, il est sensé de garder une vache plus longtemps au sein du troupeau. La difficulté est de présenter aux producteurs laitiers des preuves solides que le bien-être animal est rentable, parce qu’en ce moment, ce n’est encore qu’une hypothèse. Une vache plus confortable est plus productive et reste plus longtemps au sein du troupeau – mais nous devons le prouver. C’est l’objectif de cette étude, et nous prévoyons y inclure plus de chiffres à titre de preuves. »

Elsa Vasseur, PhD, BIO

 

L’étable, source de confort!

L’étable, source de confort!

Une série de 3 webinaires présentée par les Producteurs de lait du Canada en partenariat avec Valacta.

Ces webinaires aborderont les informations suivantes : 

  • Pourquoi et comment évaluer le confort à l’étable?
  • Comment améliorer le confort dans mon étable?
  • La surface et l’espace des stalles sont-elles confortables?
  • Le confort… A-t-il un impact sur la rentabilité?

Dates pour les webinaires en français : 23 février, 30 mars & 5 avril

Heures:  12 h 00 à 13 h 30

Inscrivez-vous dès maintenant à www.dairyknowledge.ca