Plus de 20 années de recherche permettent d’améliorer les soins et le bien-être des bovins laitiers au Canada

Crédit de photo : UBC Dairy Education and Research Centre

Depuis plus de 20 ans, David Fraser, Dan Weary et Nina Von Keyserlingk de l’Université de la Colombie-Britannique sont les cotitulaires de la Chaire de recherche industrielle du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) en bien-être des bovins laitiers. Cette équipe est à l’avant-garde des recherches scientifiques sur les pratiques propres aux soins et au bien-être des animaux dans le secteur laitier canadien et d’ailleurs dans le monde. Les PLC et d’autres partenaires du secteur financent la Chaire depuis sa création, en 1997, et en 2019, la Chaire a été renouvelée pour cinq années additionnelles grâce au soutien des PLC et de plusieurs autres partenaires.

Les résultats de ces recherches ont soutenu les producteurs dans leurs efforts visant à continuellement améliorer leurs pratiques, à établir des normes pour l’évaluation du volet Bien-être animal de proActionMD et à fournir un ensemble de données scientifiques pour la révision du Code de pratiques pour le soin et la manipulation des bovins laitiers (2009).  

Dan Weary et Marina (Nina) Von Keyserlingk, cotitulaires de la Chaire CRSNG en bien-être des bovins laitiers
Crédit de photo : UBC Dairy Education and Research Centre

Faits saillants des résultats du programme de recherche 2014-2019 :

Des bienfaits sur le plan de la santé, du bien-être et du comportement (adaptation sociale) sont observés chez les veaux nourris avec un grand volume de lait et élevés en paire ou en groupe

Sur la base de travaux entamés au début de la chaire et ayant montré d’importants avantages quant au gain de poids (gain quotidien moyen d’environ 0,90 kg/jour) chez les veaux nourris à la tétine recevant un plus grand volume de lait (jusqu’à 12 litres par jour) ainsi qu’une réduction du tétage entre les veaux, le groupe a décidé d’explorer le logement collectif. Des études sur les veaux logés en paire ou en groupe ont montré que les veaux consommaient davantage d’aliment de démarrage et prenaient davantage de poids comparativement aux veaux logés individuellement1,2. Le logement en paire a également amélioré la consommation d’aliment de démarrage (de l’âge de 3 à 10 semaines), entraînant une amélioration du gain de poids quotidien en moyenne à 130 grammes par jour de plus, comparativement aux veaux logés individuellement. 

D’un point de vue comportemental, les avantages observés chez les veaux logés avec un autre veau incluaient une socialisation et un apprentissage améliorés, et une réduction de la détresse manifestée lors du sevrage. Par exemple, les veaux logés en paire s’adaptaient plus tôt à un nouvel aliment, étaient plus calmes lorsqu’on les déplaçait dans de nouveaux environnements et avaient de meilleurs rendements lorsqu’on les soumettait à des tâches cognitives3.

Il est avantageux pour les génisses d’avoir un modèle social pour s’adapter à des situations telles qu’un nouvel environnement de logement.

Des études ont révélé que les génisses élevées dans des enclos ouverts passaient moins de temps couchées et à s’alimenter lorsqu’elles étaient introduites dans une étable à stabulation libre. Cependant, lorsqu’un modèle, tel qu’une vache d’expérience, était avec les génisses, elles s’adaptaient plus rapidement à l’utilisation des stalles4. L’équipe a donc conclu que regrouper les génisses avec des animaux d’expérience plus âgés influait positivement sur leur comportement et leur adaptation au pâturage et à de nouveaux systèmes de logement5.

La période de transition est une période critique pour les vaches, et des études ont été menées dans le but d’améliorer la santé et le bien-être des vaches en période de transition. 

  • Une étude a conclu qu’un environnement social imprévisible et concurrentiel avant le vêlage provoque des changements du comportement alimentaire et social, ce qui entraîne des changements à l’état de santé et une hausse du risque de maladies utérines chez les vaches multipares après le vêlage6.
  • Réduire la boiterie pendant la période de tarissement et éviter l’engraissement excessif des vaches au tarissement favorisent probablement la santé en période de transition7. Les chercheurs ont montré que la boiterie au tarissement était associée à la métrite et aux maladies transitionnelles, mais pas à la cétose subclinique. Une association entre la boiterie et les maladies transitionnelles serait partiellement médiée par la réduction du temps d’alimentation. 
  • Une incidence élevée de boiterie a été observée pendant la période de tarissement des vaches laitières; le parage des onglons avant la période de tarissement réduisait le risque de boiterie chez les vaches primipares, mais pas chez les vaches multipares8
  • Un faible état de chair au tarissement et des lésions non infectieuses aux onglons dans les semaines précédant le tarissement ont été associés à une boiterie chronique pendant la période de tarissement9.
  • Les changements observés sur le plan des comportements alimentaires, sociaux et de couchage peuvent contribuer à identifier les vaches à risque de métrite. Au cours des deux semaines précédant le vêlage et trois jours avant le diagnostic clinique de métrite, les vaches mangeaient moins, étaient plus souvent remplacées par d’autres à la mangeoire et passaient moins de temps couchées, comparativement aux vaches en santé10.

La motivation des vaches à accéder à l’extérieur varie selon le moment de la journée et la saison, et une brosse mécanique installée dans l’étable peut être une importante ressource pour les animaux. 

Les chercheurs ont exploré la motivation des vaches logées en stabulation libre à accéder au pâturage. Pour ce faire, ils ont mesuré la motivation des vaches en leur demandant de pousser sur une barrière lestée pour accéder à des aliments frais comparé à une barrière lestée pour accéder au pâturage. Au fil du temps, les poids installés sur les barrières ont été augmentés d’une valeur équivalente afin de tester la motivation des animaux. Les chercheurs ont constaté que les vaches travaillent aussi fort pour accéder au pâturage qu’aux aliments frais. De plus, c’est en soirée que les vaches travaillaient le plus fort pour accéder à l’extérieur11. Lorsqu’elles avaient le choix, les vaches logées en stabulation libre passaient 25 % de leur temps dans un enclos extérieur pendant l’été, principalement pendant la nuit. En hiver, elles passaient 2 % de leur temps à l’extérieur. Lorsqu’elles étaient dans un enclos extérieur, les vaches passaient 54 % de leur temps couchées pendant l’été et 5 % pendant l’hiver12.

De façon similaire, les chercheurs ont testé la motivation des vaches à accéder à une brosse mécanique. Les vaches ont été entraînées à pousser une barrière lestée pour accéder à des aliments frais, à une brosse mécanique ou au même espace sans brosse. Les chercheurs ont observé que les vaches sont très motivées à accéder à une brosse mécanique pour leur toilettage, ce qui suggère qu’il s’agit d’une ressource importante pour ces animaux13.

Améliorations du bien-être animal lors du vêlage

Les études menées par l’équipe ont montré que, lors du vêlage, les vaches préféraient les surfaces en sable ou en béton, ce qui suggère que ces types de surfaces pourraient offrir une meilleure adhérence pendant les périodes passées en position couchée ou debout lors du vêlage14. Elles ont aussi démontré que les vaches préféraient être visuellement isolées des autres lors du vêlage, et si elles en ont la possibilité, elles se cacheront derrière un écran. Les chercheurs recommandent d’installer un écran en contreplaqué lors du vêlage, ce qui est un moyen simple et peu coûteux de répondre au besoin d’isolement des vaches15.

Analyse comparative des pratiques pour améliorer le bien-être des bovins laitiers dans les fermes commerciales 

Les chercheurs ont testé l’utilisation par les producteurs de rapports de comparaison pour mesurer les taux de croissance des bovins laitiers et le transfert d’immunité par le colostrum chez les veaux laitiers. L’utilisation de ces rapports a amené la majorité des fermes à apporter au moins un changement à leur gestion en consultation avec leur vétérinaire en vue d’améliorer leurs résultats16. L’équipe a conclu que l’analyse comparative des résultats spécifiques associés à l’élevage des veaux peut motiver l’engagement des producteurs envers les soins aux veaux, menant à de meilleurs résultats pour les veaux dans les fermes appliquant les changements appropriés sur le plan de la gestion.

Quelle est la suite? En 2019, le financement de la chaire a été renouvelé pour une période additionnelle de cinq ans par le CRSNG (2019-2024). Au cours des cinq prochaines années, Dan Weary and Nina von Keyserlingk combineront des études pratiques dans des fermes commerciales et une série d’études expérimentales menées au UBC Dairy Education and Research Centre. Les objectifs du nouveau programme, établis à la suite de consultations avec des partenaires de l’industrie, sont axés sur l’élevage des veaux et des génisses, la boiterie et la santé des vaches, la gestion du logement et des bâtiments de logement, et l’atténuation de la douleur. 

Survol de la Chaire IRC en bien-être des bovins laitiers

Cotitulaires : David Fraser, Marina (Nina) von Keyserlingk, Dan Weary (University of British Columbia)

Partenaires d’investissement actuels : Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), Les Producteurs laitiers du Canada, Alberta Milk, Alliance Semex, BC Dairy Association, Boehringer Ingelheim (Canada) Ltd., BC Cattle Industry Development Council, Dairy Farmers of Manitoba, Intervet Canada Corp., Lactanet, Saputo Inc. et SaskMilk.


1 https://www.journalofdairyscience.org/article/S0022-0302(16)00140-5/abstract

2 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0022030215004944

3 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0022030216001405

4 https://open.library.ubc.ca/cIRcle/collections/ubctheses/24/items/1.0365779

5 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S002203021500781X

6 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30077452

7https://www.researchgate.net/publication/337051971_The_relationship_between_transition_period_diseases_and_lameness_feeding_time_and_body_condition_during_the_dry_period

8 https://www.journalofdairyscience.org/article/S0022-0302(19)30850-1/fulltext

9 https://www.journalofdairyscience.org/article/S0022-0302(19)30850-1/fulltext

10 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0022030218301425

11 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0022030219308501

12https://www.researchgate.net/publication/329927045_Dairy_cow_preference_for_access_to_an_outdoor_pack_in_summer_and_winter

13 https://royalsocietypublishing.org/doi/full/10.1098/rsbl.2018.0303

14 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24359828

15 https://www.researchgate.net/publication/260807240_Dairy_cows_seek_isolation_at_calving_and_when_ill

16 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0022030217301601

Une réflexion sur “Plus de 20 années de recherche permettent d’améliorer les soins et le bien-être des bovins laitiers au Canada

Laisser un commentaire