NOUVELLE RECHERCHE : Surveillance de l’utilisation et de la résistance aux antimicrobiens pour améliorer les pratiques de gestion et la santé des animaux dans les fermes laitières

La hausse de la résistance aux antimicrobiens chez les bovins laitiers pourrait avoir des effets néfastes sur la santé et le bien-être des animaux, affectant ainsi la rentabilité des fermes laitières. Environ 48 % des antibiotiques prescrits dans les fermes laitières sont utilisés pour traiter la mammite chez les bovins[i]. Or, bien que la résistance aux antimicrobiens soit faible pour la plupart des agents pathogènes de la mammite, la sélection et l’utilisation d’autres antimicrobiens pour traiter des problèmes de santé chez les bovins peuvent entraîner un transfert de la résistance aux antimicrobiens chez des bactéries autres que les agents pathogènes de la mammite.

Des chercheurs développent un programme de surveillance visant à mesurer l’utilisation des antimicrobiens (UAM) et la résistance aux antimicrobiens (RAM) dans les fermes laitières canadiennes de même que l’efficacité des programmes et protocoles de gestion des antimicrobiens. L’équipe, dirigée par les chercheurs Javier Sanchez et Luke Heider (University of Prince Edward Island) avec des collaborateurs de partout au Canada, recueille des données et de l’information pour aider les producteurs dans leurs efforts visant à appliquer des pratiques efficaces de gestion des antimicrobiens.

L’équipe pancanadienne a mis au point une plateforme pour recueillir des données et surveiller l’UAM et la RAM. Le Réseau laitier canadien sur la gouvernance et la résistance aux antimicrobiens (CaDNetASR en anglais) est une première pour le secteur laitier et est conçu de manière à être en conformité avec le plan d’action fédéral sur la résistance et le recours aux antimicrobiens au Canada et les volets Salubrité des aliments et Biosécurité de proActionMD. Des données sont recueillies, sur une base annuelle, dans environ 150 fermes laitières en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario, au Québec, en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick.

« Le réseau a été très actif depuis le financement du projet. Même dans le contexte de la COVID-19, ce projet s’est poursuivi et nous terminons la deuxième année de collecte de données. Nous nous concentrons sur deux activités principales du réseau. La première est l’harmonisation des registres des cliniques vétérinaires afin de quantifier l’utilisation des antimicrobiens dans chaque ferme participante, et cette activité est menée grâce à la participation active des cliniques vétérinaires représentant les fermes de l’étude. La deuxième activité est l’élaboration de stratégies d’intervention pour évaluer leur impact sur la mammite, la santé des vaches et le bien-être animal. En outre, nous finalisons le système de gestion des données qui permettra de générer des rapports qui seront envoyés aux producteurs. Ces rapports présenteront leur utilisation des antimicrobiens et leurs profils de résistance aux antimicrobiens, comparativement aux autres fermes de l’étude.»

Javier Sanchez, codirecteur du projet.

Pour fournir des données estimées sur l’utilisation des antimicrobiens, les registres de traitement consignés dans le contexte des volets Salubrité des aliments et Biosécurité de proActionMD et la récupération des réceptacles placés dans les fermes pour le stockage des contenants et bouteilles de médicaments vides sont utilisés. Afin de mesurer la résistance aux antimicrobiens dans les fermes laitières, des échantillons fécaux, environnementaux et de lait provenant du réservoir sont prélevés et analysés. L’information servira de base au développement et à la mise à l’essai d’outils efficaces fondés sur des données scientifiques pour les producteurs et leurs vétérinaires (c.-à-d. des procédures normalisées). 

« Le CaDNetASR a également créé un répertoire d’isolats bactériens qui, de pair avec d’autres données générées, permettra d’analyser et d’étudier l’UAM et la RAM dans les fermes laitières canadiennes. »

Luke Heider, codirecteur du projet.

Les résultats du projet appuieront les producteurs à continuer d’utiliser les antimicrobiens de manière responsable, d’appliquer des pratiques efficaces de gestion des antimicrobiens, et d’assurer la santé et le bien-être de leurs animaux laitiers et la salubrité des aliments pour les consommateurs. 

SEPT faits sur l’utilisation des antibiotiques et la résistance aux antimicrobiens dans le secteur laitier canadien

1. En vertu de proActionMD, le lait est produit conformément à des règlements fédéraux et provinciaux stricts et à des normes élevées en matière d’utilisation d’antibiotiques pour le traitement d’animaux malades. En effet, les normes mises de l’avant par proAction en matière de qualité du lait et de salubrité des aliments sont parmi les plus élevées au monde. 

2. Les producteurs laitiers utilisent des antibiotiques pour traiter les animaux malades lorsque nécessaire, et ils le font conformément aux instructions indiquées sur l’étiquette du médicament prescrit et aux directives données par le vétérinaire du troupeau.

3. Le lait canadien est exempt d’antibiotiques. Les vaches traitées avec des antibiotiques pour une raison médicale sont clairement identifiées, et leur lait est jeté. Le lait de ces vaches n’est pas réintégré au système avant la fin de la période de retrait obligatoire pour assurer que le médicament soit sorti du système de l’animal.

4. Tout le lait est analysé pour détecter l’éventuelle présence de résidus d’antibiotiques au moment de la cueillette à la ferme, puis à nouveau lorsqu’il arrive à l’usine de transformation, le tout dans le but de garantir qu’il est sans antibiotique.

5. La résistance aux antibiotiques survient lorsque les bactéries changent et deviennent résistantes aux antibiotiques utilisés pour traiter les infections qu’elles causent (ii).

6. Le développement de la résistance aux antimicrobiens chez les principales bactéries pathogènes présentes chez les vaches laitières ne semble pas encore être un problème important en Amérique du Nord (iii). La plupart des traitements antibiotiques sont utilisés pour traiter la mammite, et les niveaux de résistance aux antimicrobiens demeurent faibles pour les agents pathogènes de la mammite (iv-vi). Cependant, la pression de sélectionner et d’utiliser des antimicrobiens pour traiter les animaux plus rapidement en vue d’améliorer leur santé peut entraîner l’émergence et le transfert de bactéries résistantes (iii).

7. La prévention des maladies est la clé dans une stratégie pour diminuer l’utilisation et la résistance des antimicrobiens!

Vous pouvez accéder au sommaire du projet en cliquant sur le lien suivant : Surveillance de l’utilisation et de la résistance aux antimicrobiens pour améliorer les pratiques de gestion et la santé des animaux dans les fermes laitières

Aperçu du projet

Chercheurs principaux : Javier Sanchez et Luke Heider (University of Prince Edward Island) 

Co-chercheurs : J Trenton McClure, Greg Keefe (University of Prince Edward Island), David Leger (Agence de la santé publique du Canada), Simon Dufour (Université de Montréal), Herman Barkema (University of Calgary), David Kelton (University of Guelph), Christopher Luby (University of Saskatchewan), et Kapil Tahlan (Memorial University of Newfoundland)

Collaborateurs : Marie Archambault, David Francoz, André Ravel, Jean-Phillipe Roy (Université de Montréal), Jeroen De Buck (University of Calgary), Scott McEwen, Jan Sargeant, Scott Weese (University of Guelph), Cheryl Waldner (University of Saskatchewan), Richard Reid Smith (Agence de la santé publique du Canada) 

Durée du projet : 2018-2022 

Partenaires du projet : Agriculture et Agroalimentaire Canada, les Producteurs laitiers du Canada et l’Agence de la santé publique du Canada

Budget total : 1 582 087 $ 


i Adapté de : Bauman CA et al. Canadian National Dairy Study: Herd-level milk quality. J Dairy Sci. 2018 Mar;101(3):2679‍-‍2691.

ii World Health Organization. Antibiotic Resistance – How it Spreads. www.who.int/drugresistance.

iii Oliver SP et al. Impact of antibiotic use in adult dairy cows on antimicrobial resistance of veterinary and human pathogens. Foodborne Pathog Dis. 2016;8(3):337-355. 

iv Call DR et al. Antimicrobial resistance in beef and dairy cattle production. Anim Health Res Rev. 2008;9(2):159-167. 

v Bengtsson B et al. Antimicrobial susceptibility of udder pathogens from cases of acute clinical mastitis in dairy cows. Vet Microbiol. 2009;136(1-2):142-149.

vi Cameron M et al. Antimicrobial susceptibility patterns of environmental streptococci recovered from bovine milk samples in the Maritime provinces of Canada. Front Vet Sci. 2016;3(79).

Laisser un commentaire