NOUVELLE RECHERCHE : Identifier les meilleures pratiques de gestion pour la production d’un ensilage de grande qualité

La volatilité de la météo et les changements climatiques ont rendu la culture et les récoltes encore plus complexes pour les producteurs laitiers, et ce qui pourrait avoir un impact sur la qualité et les coûts des aliments pour les animaux. Avec le coût d’alimentation qui est une des dépenses les plus importantes dans une ferme laitière, une nouvelle recherche dans le cadre de la Grappe de recherche laitière 3 vise à aider les producteurs à améliorer leurs pratiques pour produire un ensilage de haute qualité à moindre coût avec des plans de gestion spécifiques aux différentes régions. Ce projet de la Grappe aborde une priorité stratégique clé de la Stratégie nationale de recherche laitière des PLC ciblant la sélection et la gestion des fourrages en vue d’en améliorer le rendement, la résistance, la conservation, la qualité et la digestibilité.

Dres Nancy McLean (Université Dalhousie) et Linda Jewell (Agriculture et Agroalimentaire Canada [AAC] – St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador) dirigent ce projet de recherche avec une équipe de chercheurs de partout au Canada. Il s’agit de l’un des premiers projets pancanadiens à recueillir des données sur tous les aspects de la production et de la gestion de l’ensilage dans le but de fournir aux producteurs laitiers des données pratiques pour les aider à développer des plans de gestion ciblés.

« Compte tenu de la variété de conditions climatiques dans chaque province pendant une période de végétation, nous évaluons des plans de gestion de l’ensilage spécifiques aux types d’ensilages produits dans différentes régions afin de déterminer ceux qui fonctionnent le mieux pour réduire les coûts, favoriser l’environnement et améliorer la santé et la longévité des vaches », explique Nancy McLean. 

L’équipe recueille de l’information détaillée sur la production d’ensilage au moyen d’une enquête menée auprès d’un échantillon représentatif de 400 fermes établies dans différentes régions. Le questionnaire prévoit une composante économique afin de mesurer les coûts de la production d’ensilage. De plus, l’équipe analyse des échantillons utilisés pour la formulation de la ration afin de mesurer la qualité de l’ensilage dans plus de 200 fermes. Des données seront aussi recueillies à partir des plans de gestion des éléments nutritifs et du fumier, et l’ADN sera extrait des échantillons d’ensilage pour identifier les contaminants fongiques présents dans les ensilages. 

« Les producteurs ont besoin d’un ensilage de haute qualité contenant des éléments bénéfiques pour les rations alimentaires en vue de maintenir la santé des animaux laitiers et la production de lait. La qualité de l’ensilage est affectée par de nombreux facteurs comme les espèces, le pourcentage de légumineuses inclus, la fertilité du sol, le stade de croissance lors de la récolte, la matière sèche, le type de silo et la gestion du silo. Dans le cadre de l’évaluation de la qualité, nous prélevons et analysons aussi des échantillons d’ensilage avant qu’il soit servi pour détecter et identifier les contaminants fongiques et déterminer si des espèces associées aux mycotoxines sont présentes dans les ensilages mal conservés. C’est aussi un élément important de la gestion de la qualité », ajoute Linda Jewell.

Aperçu du projet

  • Chercheures principales : Nancy McLean, Dalhousie University, et Linda Jewell, Agriculture et Agroalimentaire Canada (St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador)
  • Co-chercheurs : Kees Plaizier, Kim Ominski, Emma McGeough, Francis Zvomuya (University of Manitoba), Carole Lafrenière (Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue), Shabtai Bittman (AAC-Agassiz), Emmanuel Yiridoe (Dalhousie University), David Dykstra (Ministère de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches du Nouveau-Brunswick), Fred Waddy (LAIT 2020) 
  • Période : 2018-2022 
  • Budget total : 799 419 $ 

Téléchargez un sommaire du projet ici : RechercheLaitiere.ca.

Laisser un commentaire