La consommation de produits laitiers est associée à un risque plus faible de mortalité, d’événements cardiovasculaires et de diabète de type 2

shutterstock_722701990En 2019, une équipe de chercheurs a démontré que la consommation de produits laitiers, particulièrement de produits laitiers à pleine teneur en gras, était associée à un risque plus faible de mortalité et d’événements cardiovasculaires majeurs au sein d’une population multinationale diversifiée. L’étude PURE est une étude de cohorte multinationale à grande échelle menée dans 21 pays auprès de personnes âgées de 35 à 70 ans. Elle a fait le suivi de l’apport alimentaire, entre autres de la consommation de lait, de yogourt et de fromage, de 138 484 personnes au fil du temps, ainsi que de la mortalité et des événements cardiovasculaires majeurs totaux (c.-à-d. les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux et les infarctus du myocarde). Les chercheurs ont évalué toutes les associations entre la consommation de produits laitiers totaux et de produits laitiers spécifiques et la mortalité et les événements cardiovasculaires.

De nouvelles données issues de l’étude PURE et publiées dans une revue  scientifique en mai 2020 portaient sur l’association entre la consommation de produits laitiers (totale, à pleine teneur en gras et à faible teneur en gras) et la prévalence de syndrome métabolique et l’incidence de l’hypertension et du diabète de type 2. Les données ont révélé ce qui suit :

  • Une consommation plus élevée (au moins deux portions par jour comparativement à aucune consommation) de produits laitiers totaux était associée à une prévalence plus faible de syndrome métabolique.
  • Un apport plus élevé de produits laitiers à faible teneur en gras consommés seuls ou de pair avec des produits laitiers à faible teneur en gras était associée à une prévalence plus faible de syndrome métabolique. Les produits laitiers à faible teneur en gras consommés seuls n’étaient pas associés au syndrome métabolique.
  • Une consommation plus élevée de produits laitiers totaux était associée à une plus faible incidence d’hypertension.
  • En ce qui concerne le diabète, une consommation plus élevée de produits laitiers, tant à pleine teneur en gras et qu’à faible teneur en gras, était associée à une réduction du risque.

L’étude PURE est principalement financée par le Population Health Research Institute (PHRI) de même que par plusieurs agences gouvernementales et compagnies pharmaceutiques. L’étude intitulée La consommation de produits laitiers et les maladies cardiovasculaires au sein de diverses populations (2018-2019) dirigée par le Dr Andrew Mente de l’Université McMaster a été co-financée par les Producteurs laitiers du Canada (par l’intermédiaire du Programme de subvention à la recherche en nutrition) et le National Dairy Council (États-Unis).

Laisser un commentaire