Mise à jour sur la Chaire de recherche industrielle sur la vie durable des bovins laitiers

Améliorer le confort et la longévité des vaches laitières peut améliorer la durabilité et la rentabilité des fermes laitières. Voilà la prémisse de la Chaire de recherche industrielle sur la vie durable des bovins laitiers lancée en 2016 et dirigée par la Dre Elsa Vasseur de l’Université McGill. Les résultats préliminaires de multiples études présentés en mai 2019 par la chercheuse et son équipe semblent prometteurs et pourraient mener au développement de nouvelles approches novatrices en matière de confort et de longévité des vaches.

Les résultats préliminaires produits à ce jour sont les suivants :

  • Les stalles de l’étable à stabulation entravée du campus Macdonald ont été ajustées : ajout d’un garde-litière pour accroître la profondeur de la litière, hausse du volume de paille utilisé dans la litière pour l’amener à 3 pouces et augmentation de la longueur des stalles. Ces modifications ont entraîné une hausse du temps passé en position couchée et une diminution des blessures aux jarrets, améliorant par conséquent le confort général des vaches. L’équipe responsable de l’étude tient toutefois à préciser que les conditions de chaque étable, telles que la ventilation et l’humidité, doivent être prises en compte et que la gestion doit être adaptée pour obtenir du succès avec un système de stalle sur litière profonde.
  • L’augmentation de la longueur de l’attache de 1 mètre à 1,4 mètre a offert aux vaches plus de possibilités de mouvement dans leur stalle. L’équipe responsable de l’étude a indiqué que le changement de la longueur de l’attache devrait être fait graduellement en sélectionnant les vaches qui profiteraient le plus de la modification et en évaluant comment les animaux s’adaptent au changement de longueur.
  • Dans les stalles plus larges, les vaches adoptent une variété de postures de repos, ce qui entraîne un meilleur repos des vaches et confirme qu’il faut au minimum satisfaire aux recommandations actuelles quant à la largeur des stalles.
  • Le logement des vaches laitières dans des enclos où elles sont libres de leurs mouvements pendant leur période de tarissement de huit semaines a été bénéfique pour leur repos et leur récupération sur le plan de la locomotion. Ces avantages peuvent être attribués à une combinaison de facteurs : moins d’obstacles dans l’environnement (via l’élimination des stalles à proprement dit), une zone de repos plus vaste et une zone plus confortable pour s’étendre. Cette étude a établi des références pour élargir l’utilisation des enclos de tarissement.
  • La mesure de l’impact des cas précoces de mammite et de boiterie sur la vie productive des vaches a montré qu’un début en santé assure une lactation plus rentable. En ciblant les étapes de production présentant des risques et les vaches à risque, les producteurs peuvent sélectionner les meilleures candidates pour la prochaine lactation.
  • Des données clés sont recueillies sur des variables coûts/profits que les producteurs peuvent utiliser lors de la prise de décisions pour développer un outil de gestion des troupeaux interactif qui contribuera à améliorer la rentabilité et la longévité des troupeaux.

 

Regardez la vidéo suivante, qui présente le témoignage de la famille Roy de Coaticook, au Québec. La famille y explique comment elle a utilisé certaines recommandations issues de la recherche pour apporter des changements à la ferme et améliorer le confort des vaches.

Screen Shot 2019-07-11 at 2.09.35 PM

elsa_vasseur_109Elsa Vasseur a obtenu son doctorat en sciences animales à l’Université Laval en 2009. Sa recherche portait sur les outils d’évaluation à la ferme axés sur le bien-être des jeunes bovins laitiers. Après avoir participé au Programme de bourses postdoctorales du CRSNG aux côtés de certains des plus éminents chercheurs canadiens du domaine du bien-être des bovins laitiers à l’Université de la Colombie-Britannique et chez Agriculture et Agroalimentaire Canada, elle a accepté un poste de recherche au Centre de recherche en production laitière biologique de l’Université de Guelph au campus Alfred, avant de se joindre à l’Université McGill en janvier 2016.

Laisser un commentaire