Une première étape vers l’amélioration de la santé des onglons : la Dermatite digitale

Le Canada publiera ses premières évaluations génétiques et génomiques de la Dermatite digitale (DD) en décembre 2017, ce qui constitue la première étape vers l’amélioration génétique directe de la santé des onglons chez les sujets Holstein canadiens. Cet exemple de réussite est le résultat de différentes initiatives de recherche réalisées depuis 2009, et dont le point culminant a été un projet national mené par l’Université de Guelph et suivi du développement d’évaluations génomiques de la Dermatite digitale chez les Holstein.

Collecte de données provenant de fermes canadiennes

b23Les producteurs laitiers reconnaissent que la boiterie est le principal problème de santé et de bien-être chez les animaux, avec une importante incidence économique à la ferme. Dans un effort visant à procurer aux producteurs de meilleurs renseignements en matière de gestion, incluant les évaluations génétiques, le Hoof Supervisor SystemMC a été sélectionné pour que les pareurs d’onglons partout au Canada recueillent des données détaillées liées aux 19 lésions aux onglons que l’on retrouve dans douze régions sur chacun des huit onglons. Ce système de collecte de données inclut un flux de données transmises par chaque pareur à la base de données nationale du contrôle laitier canadien, puis au Réseau laitier canadien (CDN).

Parmi les plus importantes lésions du sabot répertoriées, la dermatite digitale a un taux d’incidence de 18 % chez les vaches présentées aux pareurs et une héritabilité de 8 %. Pour cette raison, CDN a élaboré un système d’évaluations génétiques et génomiques spécifiquement destinées à améliorer la résistance à la dermatite digitale chez les Holstein. Les premières évaluations de la Dermatite digitale (DD) seront officiellement publiées en décembre 2017 et seront basées sur 300 000 relevés recueillis auprès de 125 000 vaches dans 1 200 troupeaux par 70 pareurs de sabots.

Les producteurs souhaitant utiliser ce nouveau caractère pour la gestion du troupeau et l’amélioration génétique devraient encourager leur pareur d’onglons à acheminer leurs données au système national de collecte et travailler avec leur représentant de CanWest DHI ou de Valacta pour que les données sur leur troupeau soient acheminées à CDN.

Évaluations génétiques

Dans le cas de la Dermatite digitale (DD), CDN a introduit une nouvelle méthodologie de pointe visant à calculer l’évaluation génétique de chaque animal, qui devient automatiquement une évaluation génomique pour les animaux génotypés. Pour pouvoir obtenir une épreuve officielle pour la Dermatite digitale, les taureaux doivent avoir des données rapportées par les pareurs d’onglons pour des filles dans au moins cinq troupeaux différents et une Fiabilité minimum de 70 % après que toute l’information génomique disponible ait été incluse. Compte tenu du volume de données actuellement disponibles, plus de 2 500 taureaux Holstein dépassent ces exigences. Cela signifie qu’environ les deux tiers des meilleurs taureaux éprouvés selon l’IPV obtiendront une épreuve officielle pour la Dermatite digitale. Par ailleurs, chaque taureau génotypé, qu’il soit éprouvé ou non, obtiendra une évaluation génomique pour ce caractère et la Fiabilité de la plupart des jeunes taureaux génomiques en I.A. excédera 60 %. Les valeurs moyennes de la Fiabilité sont plus élevées chez les taureaux éprouvés, atteignant plus de 80 % pour ceux avec un IPV officiel au Canada et 67 % en moyenne pour ceux avec un IPV MACE au Canada. Toutes les femelles obtiendront aussi une évaluation de la Dermatite digitale et les niveaux de Fiabilité excéderont généralement 60 % chez les génisses et les vaches génotypées.

En ce qui concerne tous les caractères fonctionnels, l’épreuve moyenne pour la DD des taureaux est établie à 100. Les taureaux avec une Valeur d’élevage relative (VÉR) plus élevée devraient avoir une proportion plus élevée de filles en santé, comme l’indique la Figure 1. En moyenne, 82 % des filles de taureaux avec un indice de 100 ne devraient subir aucun cas de dermatite digitale et ce pourcentage augmente de 1 % pour chaque hausse d’un point dans la VÉR de la Dermatite digitale. Avec une héritabilité de 8 %, ces évaluations donnent la possibilité, lors de la sélection de taureaux, de réduire l’incidence de la dermatite digitale dans le troupeau, conjointement avec de bonnes pratiques de gestion de troupeau associées à une amélioration de la santé des onglons.

Pour information : www.cdn.ca

 

Laisser un commentaire