État de la santé des onglons des vaches laitières en Alberta et comment l’améliorer grâce aux bains de pieds

Par la dre Karin Orsel et Emilie Belage {L’article original intitulé, WHAT CANADIAN COWS ARE TELLING US ABOUT FOOTBATHS par Karen Orsel, a été dans le blog  Dairy Hoof Health]

L’équipe de recherche sur la boiterie de l’Université de Calgary a étudié l’utilisation et l’efficacité des bains de pieds dans les fermes laitières de l’Alberta. Bien qu’il y ait des progrès à faire en ce qui concerne leur utilisation, leurs résultats indiquent que les bains de pieds sont un outil efficace pour diminuer la prévalence de la dermatite digitale (DD).

Le projet Alberta Dairy Hoof Health a recueilli des données sur 158 fermes laitières. Plus de 40 000 vaches ont été évaluées par un pareur d’onglons et on a décelé une lésion aux onglons dans environ 50 % des cas. La dermatite digitale (ou piétin d’Italie) est responsable de la majorité des lésions (43 %), suivie des causes non infectieuses comme les ulcères de la sole (17 %) et de la maladie de la ligne blanche (15 %).

La cause de la plupart des lésions d’origine infectieuse (dermatite digitale, dermatite interdigitale, phlegmon interdigital, érosion de la corne du talon) est souvent multifactorielle, mais une bonne hygiène est très importante pour la prévention de telles lésions. Les bains de pieds ont un rôle très important dans la prévention et le contrôle des maladies infectieuses des onglons.

p1020191

Les chercheurs ont aussi examiné l’effet de la mise en place d’un protocole normalisé pour le bain de pieds sur la prévalence des infections causées par la dermatite digitale. Ils ont constaté que les fermes utilisant un protocole intensif de bain de pieds au sulfate de cuivre avaient non seulement moins de vaches avec de nouvelles lésions, mais ont vu une amélioration des stades de lésions présentes, comparativement aux fermes utilisant des protocoles moins rigoureux et moins fréquents, indépendamment du produit utilisé.

« La fréquence optimale de l’utilisation du bain de pieds pour maintenir une faible prévalence de la dermatite digitale semble être  plus de deux fois par semaine, quel que soit le produit utilisé », dit le chercheur principal de l’équipe de recherche.

Cette recherche démontre que les bains de pieds bien conçus et bien utilisés diminuent considérablement la fréquence des lésions causées par la dermatite digitale.

D’autres recherches sont en cours afin d’établir quels sont les produits de bain de pieds permettant d’obtenir le meilleur équilibre entre la santé des animaux, la santé des humains et l’environnement. L’Université de Calgary, en collaboration avec l’Université du Wisconsin, étudie également en laboratoire comment les solutions pour les bains de pieds agissent sur les bactéries qui causent des lésions aux pieds comme la dermatite digitale.

L’équipe de recherche sur la boiterie de l’Université de Calgary est composée du dr Herman Barkema, Ed Pajor, Gordon Atkins, Laura Solano, Casey Jacobs, Emily Morabito et Charlotte Pickel.

Pour plus de résultats et de renseignements relatifs au projet Alberta Dairy Hoof Health, consultez les liens ci-dessous : www.hoofhealth.ca et http://wcm.ucalgary.ca/orselresearch/what-we-do/lameness.

Principales conclusions de l’étude sur les bains de pieds :

  • Les bains de pieds sont un élément important de la gestion de la santé des onglons. 
  • L’emplacement du bain de pieds doit permettre la circulation facile des vaches, ainsi que le passage des génisses, des vaches taries et des vaches récemment acquises.
  • Les bains de pieds doivent avoir des dimensions appropriées (3 à 3,7 m de long, 0,5 à 0,6 m de large et avec  28 cm d’hauteur).
  • Les produits disponibles n’ont pas tous la même efficacité.
  • L’efficacité de certains produits disponibles sur le marché n’est pas prouvée.
  • Une fréquence d’utilisation adéquate ainsi qu’une bonne concentration du produit sont essentielles.
  • La contamination par le fumier réduit l’efficacité du bain.
  • La solution de trempage (surtout la formaline) est moins efficace à basse température.

Laisser un commentaire