Des scientifiques de l’industrie laitière canadienne récoltent les grands honneurs

Des scientifiques de l’industrie laitière canadienne récoltent les grands honneurs

Toutes nos félicitations à Anne Marie de Passillé (Université de la Colombie-Britannique) et au Dr Ian Dohoo (Réseau de recherche sur la mammite, Université de l’Île-du-Prince-Édouard)! Les deux scientifiques de l’industrie laitière canadienne ont été nommés docteurs honoris causa en médecine vétérinaire de l’Université d’Helsinki le 5 juin 2015 à Helsinki, en Finlande. La cérémonie d’une durée de trois jours est considérée comme l’une des plus prestigieuses du monde universitaire. Par ailleurs, le président de la République de Finlande faisait également partie des dix personnes à recevoir cet honneur. Les descriptions ci-dessous nous ont été fournies par l’Université d’Helsinki :

Anne Marie de Passillé, professeure auxiliaire

Anne Marie de Passillé est une chercheuse qui jouit d’une réputation internationale dont les travaux sont axés sur le comportement des animaux de production. Retraitée de son poste de chercheuse principale chez Agriculture et Agroalimentaire Canada, elle continue ses travaux de recherche à titre de professeure auxiliaire à l’Université de la Colombie-Britannique.

En 1995, Mme de Passillé, de pair avec son mari, qui travaillait dans le même secteur, a commencé à collaborer avec les chercheurs d’un domaine des sciences alors nouveau en Finlande : l’étude du bien-être et du comportement des animaux. C’est en grande partie grâce à elle que les chercheurs de la faculté entretiennent aujourd’hui des relations soutenues à l’étranger et sont actifs dans la communauté scientifique. L’enseignement et les conseils d’Anne Marie de Passillé de même que sa collaboration de recherche avec la faculté ont permis de transformer un domaine de second plan en un champ d’études de renommée mondiale.

Dr Ian Dohoo, professeur

Ian Dohoo est professeur émérite en épidémiologie à l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard à Charlottetown, au Canada. Chercheur de pointe en épidémiologie vétérinaire, M. Dohoo est reconnu pour ses nombreuses publications. Il est l’un des pionniers de la création de méthodes de suivi informatiques employées dans la recherche en santé animale.

Qui plus est, le professeur Dohoo a enseigné avec mérite les fondements de l’épidémiologie à plusieurs générations de vétérinaires. Ses cours, notamment les cours annuels de la coopérative universitaire NOVA des pays nordiques, ont servi de base au savoir-faire épidémiologique et statistique de nombreux chercheurs finlandais et continuent de contribuer à l’enrichissement des connaissances de la plupart des doctorants de la faculté. En outre, le Dr Dohoo est l’auteur de manuels de cours sur l’épidémiologie vétérinaire. Il est un enseignant formidable et exceptionnellement motivant qui a été en mesure d’inspirer ses étudiants. Il a d’ailleurs reçu divers prix d’enseignement et de recherche ainsi que des doctorats honoris causa de l’Université de Guelph et de l’Université suédoise des sciences agricoles.

Nouveau! Investissements et activités de recherche des PLC en 2014

Nouveau! Investissements et activités de recherche des PLC en 2014
  • Quelles sont certaines des retombées des investissements consentis en recherche laitière?
  • Comment les investissements des PLC sont-ils mis à contribution pour maximiser le nombre de projets de recherche financés en vue de satisfaire aux priorités des producteurs laitiers canadiens?
  • Êtes-vous au courant des progrès accomplis récemment en recherche sur le bien-être des animaux? Sur l’environnement? Sur la nutrition et la santé humaines?

Une nouvelle publication annuelle, Faits saillants de la recherche des PLC, contient des renseignements sur ces sujets et bien plus encore : https://www.dairyresearch.ca/francais/research-highlights.php.

Les questions traitées comprennent certaines des retombées associées aux investissements en recherche, un calendrier des principales activités de recherche menées en 2014, les résultats clés de projets et une liste complète de tous les projets en cours en 2014, y compris ceux portant sur la nutrition et la santé humaines qui sont financés par le Comité consultatif scientifique des PLC.

Pour obtenir un exemplaire du document ou pour de plus amples renseignements, communiquez avec Shelley Crabtree à shelley.crabtree@dairyresearch.ca.

La Grappe de recherche laitière était présente à l’assemblée générale annuelle des PLC, du 13 au 15 juillet 2015

La Grappe de recherche laitière était présente à l’assemblée générale annuelle des PLC, du 13 au 15 juillet 2015

La Grappe de recherche laitière a tenu un stand lors de l’AGA des Producteurs laitiers du Canada, qui a eu lieu du 13 au 15 juillet dernier, à Vancouver, en Colombie-Britannique. À cette occasion, les plus récentes publications sur la recherche laitière ont été distribuées aux producteurs et aux personnes-ressources de l’industrie. Les producteurs et les représentants de l’industrie laitière qui travaillent dans le secteur bancaire et le domaine de l’équipement ont également participé à la campagne « Ayez votre mot à dire sur la recherche laitière canadienne » en répondant au sondage en ligne au www.dairyresearch.ca/francais.


Visite de l’Université de la Colombie-Britannique : l’excellence en recherche laitière!

Une édition spéciale du bulletin Info recherche laitière présente le travail de chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique, dont les projets sont financés par l’industrie et réalisés au UBC Dairy Education and Research Centre.

Investissements de 10,3 millions de dollars dans la recherche sur les génomes afin d’améliorer l’efficience alimentaire et de réduire les émissions de méthane produites par le bétail laitier

Investissements de 10,3 millions de dollars dans la recherche sur les génomes afin d’améliorer l’efficience alimentaire et de réduire les émissions de méthane produites par le bétail laitier

Le ministre canadien de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Gerry Ritz, a annoncé le 21 juillet dernier que 93 millions de dollars seraient investis dans la recherche en génomique par l’entremise de partenariats gouvernement-industrie. Le financement sera accordé à 11 projets dans les domaines de l’agriculture et de l’aquaculture. L’appui total apporté aux projets par le gouvernement fédéral s’élève à 30,8 millions de dollars. En ce qui concerne l’industrie laitière, 3,8 millions de dollars seront investis dans un projet sur l’efficience alimentaire des bovins laitiers dirigé par M. Filippo Miglior du Réseau laitier canadien et de l’Université de Guelph et M. Paul Stohard de l’Université de l’Alberta. Grâce au financement de 860 000 dollars offert par le Réseau laitier canadien (RLC) et le Conseil de recherche DairyGen, en plus des fonds octroyés par des partenaires tels que l’ALMA, les investissements totaux consentis au projet représentent 10,3 millions de dollars.

Le président du conseil d’administration du RLC, Gary Bowers, a déclaré : « Le RLC est très heureux d’apprendre que Génome Canada financera ce projet qui contribuera sans doute à positionner le Canada parmi les chefs de file mondiaux grâce à la possibilité que la sélection génétique et génomique contribue à améliorer l’efficience alimentaire et à réduire les émissions de méthane chez les bovins laitiers ».

Pour consulter le communiqué de presse complet.

Résumé de projet : La génomique pour accroître l’efficacité des aliments pour animaux et réduire les émissions de méthane : un nouvel objectif prometteur pour l’industrie laitière canadienne

Directeurs de projet : Filippo Miglior, RLC et Université de Guelph; Paul Stothard, Université de l’Alberta

Centres de génomique responsables : Genome Alberta, Ontario Genomics Institute

Financement total : 10,3 millions de dollars

Filippo Miglior de l’Université de Guelph et Paul Stothard de l’Université de l’Alberta dirigent une équipe qui utilisera les méthodes génomiques pour sélectionner les bovins aux caractéristiques génétiques nécessaires pour une meilleure valorisation des aliments et une réduction des émissions de méthane. Jusqu’à maintenant, il a été à la fois difficile et coûteux de recueillir les données nécessaires pour cette sélection. Les toutes dernières méthodes génomiques offrent la possibilité de résoudre ces problèmes, de recueillir et d’évaluer les données pour effectuer la sélection.

Les résultats du projet aideront les exploitants de fermes laitières et l’industrie en général à élever des bovins qui posséderont ces deux caractéristiques importantes. Les agriculteurs économiseront (car les aliments pour animaux sont la plus grande dépense en production laitière), et la compétitivité internationale de l’industrie laitière canadienne s’améliorera. L’empreinte environnementale de l’industrie laitière diminuera aussi, en raison entre autres de la diminution des émissions de méthane, mais également parce que des animaux qui absorbent mieux les aliments produisent moins de fumier. La participation de plusieurs organismes industriels et de partenaires de recherche internationaux au projet rehaussera la vaste application des résultats du projet, ce qui profitera non seulement à l’industrie laitière canadienne, mais également à la sécurité et à la durabilité alimentaires mondiales.