Ayez votre mot à dire sur la recherche laitière canadienne les 4 et 5 février 2015

La Grappe de recherche laitière tiendra un kiosque lors de la Conférence annuelle sur la politique laitière des Producteurs laitiers du Canada, les 4 et 5 février 2015, à Ottawa. Nous vous invitons à passer au kiosque afin de découvrir notre concours sur l’innovation, qui vous permettra d’avoir votre mot à dire sur la recherche laitière canadienne! Le concours sera lancé en ligne le 16 février prochain.  Au cours de l’année 2015, nous recueillerons les questions des producteurs laitiers à travers le Canada sur la recherche laitière afin de nous aider à établir les priorités de recherche après 2017.

  • Vous aimeriez résoudre un problème particulier relatif à la production laitière?
  • Vous aimeriez poser une question sur la recherche laitière aux chercheurs canadiens?
  • Quel est l’enjeu le plus important de l’industrie laitière canadienne qui doit être résolu par la recherche d’ici les 10 prochaines années?

Venez visiter notre kiosque les 4 à 5 et février à Ottawa, et nous enregistrerons vos questions sur place! Vos questions seront ensuite inscrites à un tirage* grâce auquel vous pourriez gagner les coûts d’inscription à une conférence sur la recherche laitière et le transfert des connaissances près de chez vous! 

*Seules les questions posées par des producteurs laitiers sont admissibles au tirage. 

Prenez les devants et contribuez à tracer le chemin de l’innovation en production laitière.

Comment cultiver et utiliser les fourrages sucrés – Webinaire gratuit le 4 mars

Comment cultiver et utiliser les fourrages sucrés – Webinaire gratuit le 4 mars

Le mercredi 4 mars 2015, Agriculture et Agroalimentaire Canada, le Beef and Cattle Research Council et la Grappe de recherche laitière vous convient à un webinaire d’une heure sur la culture et l’utilisation des fourrages sucrés. Ce webinaire gratuit sera animé par trois experts canadiens, et aura lieu de 21 h  à 22 h, heure normale de l’Est.  Cliquez ici pour vous inscrire en ligne.

Bien que le webinaire du mois de mars soit offert en anglais seulement, un webinaire en français sera offert le 29 avril (renseignements à venir).

Sur quoi portera le webinaire? 

Les sucres, aussi connu comme les glucides non structuraux (GNS), sont une source importante d’énergie facilement disponible dans les fourrages. Il a été démontré que l’augmentation des GNS dans les fourrages permettait d’améliorer la consommation alimentaire, la production de lait, et l’utilisation efficace de l’azote chez les vaches laitières et d’autres ruminants. Les scientifiques d’Agriculture et Agroalimentaire Canada et de  l’Université Laval ont mené des études qui visaient à accroître les GNS dans les fourrages, y compris en prenant avantage des variations diurnes de GNS. Joignez-vous à ce webinaire pour apprendre à produire et utiliser des fourrages élevés en sucre.

Gaëtan Tremblay, Ph.D., est un chercheur scientifique en valeur nutritive des aliments du ruminant au Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures d’Agriculture et Agroalimentaire Canada depuis 1987. Ses activités de recherche visent principalement à améliorer la valeur nutritive des aliments du ruminant afin de maximiser l’utilisation des fourrages et réduire les coûts de production et les impacts environnementaux.

Robert Berthiaume a obtenu un baccalauréat en agro-économie de l’Université Laval, une maîtrise et un PhD en sciences animales de l’Université de Guelph. De 1989 à 2012, Robert a fait partie de l’équipe de recherche en production laitière au Centre de recherche sur le bovin laitier et le porc de Lennoxville.   Depuis Juillet 2012, Robert s’est joint à l’équipe de Valacta en tant qu’expert en systèmes fourragers.

Le Dr Gilles Bélanger est un chercheur scientifique en agronomie et physiologie des cultures au Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures d’Agriculture et Agroalimentaire Canada. Ses activités de recherche sont axées sur la croissance et la valeur nutritive des cultures fourragères, la gestion des éléments nutritifs, la survie à l’hiver des cultures pérennes, l’impact des changements

Quelles sont les conséquences du retrait du lait au chocolat des écoles?

En raison de l’augmentation du taux d’obésité chez les enfants, l’apport alimentaire à l’école est devenu le point de mire des décideurs, des gestionnaires d’écoles, des parents et des médias. Certaines écoles au Canada et aux États-Unis ont restreint ou éliminé les laits aromatisés de leurs établissements. Ces mesures pourraient empêcher les élèves d’atteindre un apport optimal en nutriments.

Faits saillants :

  • Le lait au chocolat peut améliorer la qualité de l’alimentation des enfants et des adolescents sans effet négatif sur leur poids.
  • Le retrait du lait au chocolat des écoles a un impact négatif sur les apports globaux en lait et autres nutriments essentiels.
  • L’apport en nutriments du lait est très difficile à remplacer par d’autres aliments.

L’article au complet est sur le site.

Écoutez le Dre Henry explique les résultats de sa recherche sur le canal de la Grappe de recherche laitière.

Lire la suite « Quelles sont les conséquences du retrait du lait au chocolat des écoles? »

La gestion et l’alimentation des veaux laitiers : Opinion des producteurs requise!

La gestion et l’alimentation des veaux laitiers : Opinion des producteurs requise!

Les chercheurs de l’Université de Guelph veulent en savoir plus sur les façons dont les producteurs laitiers nourrissent et gèrent leurs jeunes veaux laitiers. Que vous les nourrissiez manuellement ou que vous utilisiez un système automatisé de distribution de lait, vous êtes invités à répondre à un bref sondage en ligne à cliquez ici.

Le sondage recueillera de l’information à propos de votre expérience pour ce qui est de l’alimentation et de la gestion de leurs jeunes veaux, ce qui aidera les chercheurs à établir les raisons pour lesquelles certains producteurs préfèrent l’alimentation automatisée et d’autres des méthodes d’alimentation traditionnelle. Le sondage aidera aussi à cerner les avantages et les défis perçus que ces deux systèmes d’alimentation représentent, et documentera certaines des principales pratiques de gestion qui caractérisent les deux types de système.

De plus, l’information fournie aidera les chercheurs à identifier les domaines particuliers pour lesquels il faut approfondir la recherche afin d’atteindre  un équilibre entre l’utilisation de la technologie disponible et la mise en œuvre de bonnes pratiques de régie pour optimiser le rendement et le bien-être des veaux. Suite au sondage, une étude sera mise en place dans des fermes commerciales avec les systèmes automatisés de distribution de lait afin de repérer et raffiner les pratiques de régie optimale pour faciliter l’intégration de cette technologie dans les fermes.

Vous pouvez compléter le sondage en ligne à l’adresse Web mentionnée ci-haut. Les dix premières personnes à répondre au sondage recevront une carte-cadeau de Tim Hortons et tous les participants seront inscrits à un tirage qui pourrait leur rapporter un prix en argent de 250$.

Le projet « Techniques d’alimentation et meilleures pratiques de régie des veaux pour l’amélioration de la performance, du bien-être et de la future productivité » est financé par le programme de la grappe laitière scientifique.

Mise à jour sur les épreuves des taureaux jumeaux identiques

Les jumeaux identiques ont des génotypes identiques. Les systèmes d’évaluation génétique basés sur la généalogie traitent les animaux identiques comme des frères propres. Cette stratégie était reconnue comme étant sous-optimale puisqu’elle assume que des jumeaux identiques ont seulement 50 % de leurs gènes en commun alors qu’en réalité, ils ont exactement le même ADN et des génotypes identiques. À des fins d’évaluation génétique, les jumeaux identiques sont censés transmettre exactement le même potentiel génétique à leur progéniture. Toutefois, avant la génomique, il était très difficile de prouver que les animaux étaient génétiquement identiques.

Puisque l’identification d’animaux génétiquement identiques ne posait plus un problème dans l’ère génomique, le Réseau laitier canadien (CDN) a mis en œuvre en 2011 une méthodologie améliorée pour traiter les épreuves des mâles identiques. Du moment qu’ils étaient nés après le 1er avril 2006, toutes les paires de taureaux identifiés par génotypage comme ayant un ADN identique ont reçu la même évaluation génétique et génomique. Les taureaux identiques qui avaient déjà obtenu une épreuve à partir de décembre 2010 ont continué d’être évalués comme s’ils étaient des frères propres réguliers.

Les taureaux identiques sont traités comme un animal individuel par la mise en commun de l’information sur leurs filles et le calcul d’une seule évaluation génétique nationale. Par exemple, si l’un des deux a 300 filles et si son frère identique en a 200, les deux taureaux reçoivent la même évaluation génétique basée sur le groupe combiné de

500 filles. Le fait de regrouper l’information sur les filles augmente la fiabilité de leur épreuve combinée, par rapport au passé où ils étaient traités comme des frères propres. Dans le cas des taureaux identiques, la même épreuve est envoyée à Interbull pour le calcul des évaluations MACE en fonction des échelles d’autres pays. Selon la façon dont l’autre pays, par exemple les États-Unis, traite l’évaluation MACE d’Interbull en plus de toutes les autres données sur les filles de l’un ou l’autre frère qui pourraient être disponibles dans ce pays, il se peut que deux jumeaux identiques reçoivent une évaluation officielle différente dans d’autres pays.

 Étude de cas – Jordan et Jerrick

Les jumeaux identiques Gillette Jordan et Gillette Jerrick ont d’abord été éprouvés en août 2010 et ils se sont respectivement classés au 1er et au 7e rang de l’IPV, incluant la génomique. De ce fait, ils ont tous deux été retournés en service actif et largement utilisés partout au pays, bien que Jordan ait aussi été précédemment utilisé comme jeune taureau génomique hautement classé. Puisque ces taureaux sont nés avant le 1er avril 2006, leurs épreuves sont demeurées distinctes. Les deux ont maintenant des milliers de filles en lactation et classifiées pour la conformation. Même si plus de 80 % des données de leurs filles en production proviennent encore de la première lactation, ces taureaux fournissent encore un excellent exemple de la façon dont les épreuves des taureaux identiques évoluent au fil du temps (Figure 1).

chart1-twins-fr.png

Lorsqu’ils ont obtenu leur première épreuve en août 2010, les taureaux affichaient une différence de 278 points d’IPV basée seulement sur leur épreuve traditionnelle sans la génomique. Au cours des mois et des années qui ont suivi, leur épreuve traditionnelle a fluctué dans une certaine mesure, tant à la hausse qu’à la baisse, la plus grande différence entre les deux dépassant 400 points d’IPV. En avril 2013, la variation dans l’échelle d’IPV a été réduite de moitié et l’IPV moyen a été augmenté de 1 700 points, faisant en sorte que les différences entre Jordan et Jerrick en matière d’IPV et de ses composants ont diminué comme prévu. Une fois que les deux taureaux ont atteint plus de 1 700 filles en production en mai 2014, la différence dans leur IPV, avant l’inclusion de la génomique, a été de façon constante inférieure à 100 points.

Le Tableau 1 indique la différence dans l’épreuve traditionnelle sans la génomique des deux frères identiques en décembre 2014. Jordan affiche actuellement 80 points d’IPV de plus que Jerrick, surtout parce que son épreuve en production dépasse toujours celle de Jerrick, mais beaucoup moins que durant les six premiers mois après que ces taureaux soient officiellement éprouvés. En ce qui concerne les caractères de conformation, les frères se distinguent maintenant l’un de l’autre par seulement un point ou moins. Étant donné que les caractères de Santé et de Fertilité sont généralement dotés d’une faible héritabilité, il faut davantage de données des filles en première lactation et dans les lactations subséquentes pour atteindre des niveaux de fiabilité élevés. Pour cette raison, il existe encore plus de différence entre ces taureaux pour les caractères comme la Durée de vie, l’Aptitude des filles au vêlage, le Tempérament, la Vitesse de traite et la Résistance à la mammite. On s’attend à ce qu’à mesure que la fiabilité de leur épreuve pour les caractères fonctionnels augmente en raison de l’accumulation des données sur les filles, leur évaluation devienne de plus en plus similaire au fil du temps, comme ce fut le cas pour les caractères de Production et de Conformation.

Tableau 1 : Différences dans les épreuves en décembre 2014 : Jordan vs Jerrick

chart2-twins-fr.png

Sommaire

La politique actuelle de CDN pour le calcul des épreuves des frères génétiquement identiques soulève encore de la controverse et des questions auprès des éleveurs. Si on se base sur l’évolution observée des épreuves traditionnelles de Jordan et de Jerrick, excluant la génomique, rien n’indique que la politique devrait être modifiée. Puisque les deux taureaux ont le même génotype, l’inclusion de l’information génomique en vue des épreuves officielles réduit encore davantage les différences observées dans les évaluations publiées. Selon l’utilisation de leur semence au Canada, Gillette Stanleycup et Gillette Windhammer, et possiblement Gillette Wildthing et Gillette Willrock, sont deux autres paires de frères identiques qui pourraient faire l’objet d’une étude de cas à l’avenir, mais il faudra encore quelques années avant qu’ils aient des milliers de filles avec      suffisamment   de   données   en   première   lactation   et   dans   les   lactations subséquentes.

Auteurs :        Lynsay Beavers, coordonnatrice de la liaison avec l’industrie, CDN Brian Van Doormaal, directeur général, CDN

Date :           Décembre 2014

Les produits laitiers peuvent-ils abaisser la pression artérielle?

Les produits laitiers peuvent-ils abaisser la pression artérielle?

Les résultats de la recherche en nutrition et santé humaines dans le cadre de la Grappe de recherche laitière ont conduit à d’importantes découvertes scientifiques en appui à la consommation de produits laitiers pour une meilleure santé. Les articles suivants résument des résultats récents provenant de certaines activités de recherche de la Grappe. Les articles scientifiques de référence sont inclus à la fin de chaque résumé.

L’hypertension est une maladie chronique qui se manifeste par une pression artérielle élevée. Si elle n’est pas soignée, l’hypertension peut augmenter le risque de maladie du cœur et d’accident vasculaire cérébral. Sa prévalence augmente de façon soutenue à travers le monde, incluant le Canada, où six millions de Canadiens d’âge adulte[1] – soit une personne sur cinq – en sont maintenant affligés.

La bonne nouvelle, c’est que l’alimentation constitue un facteur clé dans la prévention et le traitement de l’hypertension. En effet, il a été démontré que l’adoption d’une saine alimentation, incluant des produits laitiers, a des effets bénéfiques sur la pression artérielle.

Plusieurs études ont démontré que la consommation de produits laitiers peut contribuer à diminuer le risque d’hypertension chez les personnes en santé. Cependant, peu d’études ont examiné l’impact de la consommation de produits laitiers chez les individus ayant un diagnostic d’hypertension légère ou modérée.

Les auteurs de cette étude ont décidé d’examiner l’effet des produits laitiers sur la pression artérielle chez les hommes et les femmes souffrant d’hypertension légère à modérée. Ils ont recruté 89 hommes et femmes, à qui ils ont demandé de consommer trois portions quotidiennes de produits laitiers – lait, cheddar et yogourt – pendant une période de quatre semaines.

Les résultats démontrent que la consommation de trois portions quotidiennes de produits laitiers a entraîné une réduction significative de la pression artérielle chez les hommes, mais pas chez les femmes. Selon les chercheurs, ces résultats concordent avec ceux de d’autres études selon lesquelles les hommes et les femmes réagissent différemment à la régulation de la pression artérielle.

L’étude a également démontré que la consommation quotidienne de trois produits laitiers avait entraîné une amélioration significative de la fonction endothéliale chez les hommes et les femmes.  Le terme «endothélial» fait référence aux cellules de «l’endothélium» qui tapissent l’intérieur des vaisseaux sanguins. Quand la fonction endothéliale est compromise, le risque de maladie coronarienne peut augmenter.

 Auteurs : Jean-Philippe Drouin-Chartier, Iris Gigleux, André J Tremblay, Luc Poirier, Benoît Lamarche et Patrick Couture

Revue scientifique : Nutrition Journal, 2014, 13: 83

[1] Site web de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada