La sélection pour la résistance à la mammite : une nouvelle réalité!

La mammite change vraiment les règles du jeu en matière de rentabilité à la ferme! Elle peut très rapidement transformer une bonne vache en une vache médiocre! En 2013, plus de 20 % des vaches retirées des troupeaux laitiers canadiens par réforme involontaire l’ont été en raison de problèmes liés à la mammite et/ou à une cote de cellules somatiques élevée. Au cours des dernières décennies, depuis que le testage des cellules somatiques est devenu un service courant offert par les agences de contrôle laitier dans l’ensemble du pays, de grands progrès ont été réalisés. Même si la gestion du troupeau est très importante pour maintenir de faibles niveaux de cellules somatiques, la sélection génétique devrait aussi être utilisée pour améliorer la résistance à la mammite. À partir d’août 2014, le Réseau laitier canadien (CDN) publiera les évaluations génétiques officielles de la Résistance à la mammite qui combinent à la fois la mammite clinique et subclinique en un seul indice de sélection génétique.

Données de santé

À la suite d’un effort coordonné de l’industrie auquel ont participé CDN, les agences de contrôle laitier, les associations de race, les entreprises d’I.A. et différents groupes de vétérinaires, un système national pour la collecte des données de santé a été mis sur pied en 2007. Depuis ce temps, environ 40 % de tous les troupeaux inscrits au contrôle laitier enregistrent sur une base volontaire l’incidence de huit maladies clés et transmettent ces données à leur agence de contrôle laitier (ou à leur vétérinaire DSA au Québec). Cette accumulation de données a mené au calcul des évaluations génétiques de la mammite clinique.

Mammite clinique et Cote de cellules somatiques

La Cote de cellules somatiques (CCS) est une mesure de la mammite subclinique qui est facile à évaluer au moyen d’une analyse en laboratoire d’un échantillon de lait de chaque vache lors du jour du test. En raison de la facilité à recueillir les données de ce caractère et de son importance relative dans la gestion du troupeau et des vaches, le contrôle laitier offre le testage des cellules somatiques depuis des décennies dans le cadre de son éventail de services. Maintenant, avec la cueillette supplémentaire des données de santé du troupeau liées à la mammite clinique, les producteurs auront à leur disposition un outil leur permettant de sélectionner directement en fonction de la résistance à la mammite clinique et subclinique. Le Tableau 1 indique les corrélations dans les épreuves des taureaux Holstein pour les différents caractères reliés à la mammite que CDN évaluera dans les races Holstein, Ayrshire et Jersey.

Screen-Shot-2014-09-15-at-10.33.14-PM.png

La Résistance à la mammite est un indice global qui combine également les évaluations pour trois autres caractères, soit la Mammite clinique chez les vaches en première lactation, la Mammite clinique pendant les lactations subséquentes et la Cote de cellules somatiques évaluée au cours des trois premières lactations. L’héritabilité de la Résistance à la mammite est estimée à 12 %, indiquant que la sélection génétique est possible. Les épreuves officielles des taureaux pour la Résistance à la mammite ont une corrélation désirable de 79 % avec les épreuves actuelles pour la Cote de cellules somatiques ainsi que des corrélations respectives de 85 % et de 90 % avec la mammite clinique en première lactation par rapport aux lactations subséquentes. Il est aussi intéressant de noter que la Cote de cellules somatiques, en tant que mesure de la mammite subclinique, n’a qu’une association désirable modérée avec la mammite clinique en première lactation et lors des lactations subséquentes (44% et 58% respectivement).

La Figure 1 fournit une représentation visuelle de l’association entre les épreuves des taureaux pour la Cote de cellules somatiques et le nouvel indice de Résistance à la mammite, exprimée sous forme de Valeurs d’élevage relatives avec une moyenne de 100 % et 95 % des taureaux se classant entre 115 (les meilleurs) et 85 (les pires).

Screen-Shot-2014-09-15-at-10.33.12-PM.png

 

Comme le suggère la forte corrélation désirable de 79 %, le diagramme indique que de nombreux taureaux déjà reconnus comme étant bons sur le plan des cellules somatiques de leurs filles sont aussi bons pour la sélection globale de la Résistance à la mammite, incluant la mammite clinique. En fait, parmi ces taureaux qui affichaient au moins un écart-type de plus que la moyenne pour la Cote de cellules somatiques (indice de 2,77 ou moins), 98 % étaient supérieurs à la moyenne de la race pour la Résistance à la mammite. Parmi ceux qui étaient simplement meilleurs que la moyenne de la race pour la Cote de cellules somatiques (inférieurs à 3,00), 78 % ont un indice supérieur à la moyenne de la race de 100 pour la Résistance à la mammite. En d’autres mots, ces taureaux étaient supérieurs à la moyenne pour la Cote de cellules somatiques, mais inférieurs à la moyenne pour la Résistance à la mammite. La disponibilité des nouvelles évaluations de la Résistance à la mammite permet une amélioration simultanée de la mammite, à la fois subclinique et clinique.

Interprétation de la Résistance à la mammite

Dans le but d’aider les producteurs à comprendre les résultats escomptés et atteignables dans leur troupeau lorsqu’ils considèrent les épreuves des taureaux pour la Résistance à la mammite, le Tableau 2 fournit une « traduction » de la performance moyenne des filles des taureaux, à la fois pour la mammite clinique et la cote des cellules somatiques au cours des trois premières lactations.

Screen-Shot-2014-09-15-at-10.33.08-PM

Lorsqu’il est utilisé dans un troupeau typique avec une gestion de troupeau moyenne, on s’attend à ce qu’un taureau moyen avec un indice de 100 pour la Résistance à la mammite engendre des filles dont la cote de cellules somatiques moyenne sera de 178 000, 226 000 et 292 000 à chacune des trois premières lactations, respectivement. De plus, 92 % des filles en première lactation ne devraient pas souffrir de mammite clinique et ce pourcentage diminue.

légèrement à 88 % lors des lactations subséquentes. Les taureaux qui sont supérieurs à la moyenne de la race reçoivent une évaluation pour la Résistance à la mammite qui est supérieure à 100 et ils devraient engendrer des filles qui sont moins susceptibles de souffrir de mammite à la fois subclinique et clinique, comme le démontre le Tableau 2.

Sommaire

L’arrivée en août 2014 des évaluations génétiques officielles de la Résistance à la mammite dans les races Holstein, Ayrshire et Jersey fournit aux producteurs laitiers un outil de pointe pour la sélection génétique en fonction de la mammite, simultanément subclinique et clinique. En raison du nombre plus élevé de taureaux éprouvés avec une épreuve officielle pour la Résistance à la mammite, la race Holstein profitera aussi du calcul par CDN des évaluations génomiques de cet important caractère. La publication des évaluations de la Résistance à la mammite ne remplacera pas la disponibilité des évaluations génétiques pour la Cote de cellules somatiques, mais les producteurs laitiers devraient se tourner vers l’utilisation de ce nouvel indice lorsqu’ils prennent des décisions en matière de sélection afin de réduire l’incidence globale de la mammite dans leur troupeau.

Auteurs : Brian Van Doormaal et Lynsay Beavers
Date : Juin 2014

Recherche sur la nutrition

Maria-Kalergis.jpg

Recherche sur la nutrition – par Maria Kalergis, Ph.D., Dt.P., CDE
Gestionnaire de programmes nationaux, Nutrition et Affaires scientifiques

Alors que sept nouveaux projets ont été lancés et que 33 sont terminés dans le cadre de la première grappe de recherche laitière, beaucoup de données sont transmises aux professionnels de la santé sur les bienfaits des produits laitiers dans le régime alimentaire des Canadiens.

Les nouvelles activités de recherche, qui ont débuté le 1er janvier 2014, visent à mieux comprendre le lien entre les produits laitiers, la nutrition, la santé et le bien-être afin d’améliorer la santé des Canadiens, de réduire les coûts des soins de santé et de contribuer à l’expansion économique du secteur laitier. L’obésité, les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2 et l’ostéoporose continuent d’être des fardeaux de santé mondiaux qui sont associés à des coûts de soins de santé considérables, auxquels il faut s’attaquer d’urgence. De nouvelles preuves scientifiques indiquent que les produits laitiers jouent un rôle bénéfique pour réduire le risque de ces états pathologiques, ainsi que les coûts de santé connexes.

Sept projets pour améliorer la santé des Canadiens

  1. Voici une liste des nouveaux projets lancés dans le cadre de la grappe de recherche laitière (2013-2018).
  2. Programme de recherche intégrée sur les produits laitiers, la matière grasse du lait et la santé cardiovasculaire
  3. Les effets des produits laitiers nouveaux et existants sur la satiété, l’apport alimentaire et le contrôle métabolique (glycémie) sur les jeunes adultes et les adultes plus âgés
  4. La nutrition laitière et le risque de diabète chez les populations vulnérables : une approche innovatrice basée sur les biomarqueurs
  5. Les effets bénéfiques du lait et des produits laitiers fermentés sur l’inflammation des tissus intestinaux et adipeux, et sur les maladies cardiométaboliques liées à l’obésité
  6. L’association entre la consommation de produits laitiers et le risque de maladie cardiovasculaire chez les Canadiens en se basant sur l’Enquête canadienne sur les mesures de santé, Cycles 1 et 2 
  7. Le rôle d’une alimentation riche en produits laitiers sur la santé osseuse des femmes enceintes et sur leur progéniture en début de vie (Bone BHIP) : une étude clinique aléatoire
  8. FAMILY (FAmily MILk product two Year) : étude dose/effet pour rehausser la santé osseuse

Transfert des résultats de la recherche sur la nutrition et des connaissances acquises

L’équipe de nutrition des Producteurs laitiers du Canada tiendra un symposium sur la nutrition dans quatre villes canadiennes. Le thème de cette année portera sur le guide alimentaire et, plus particulièrement sur des sujets d’actualité tels que la part du gras, du sucre et du sel dans le régime alimentaire. Ce thème sera développé grâce à l’examen des preuves scientifiques accumulées jusqu’à maintenant et de leur impact sur le guide alimentaire au Canada et à l’étranger.

Le symposium aura lieu aux dates et aux endroits suivants :

  • Vancouver, le 17 novembre
  • Toronto, le 19 novembre (webémission en anglais)
  • Montréal, le 20 novembre (webémission en français)
  • Moncton, le 21 novembre

Les webémissions seront accessibles à http://www.dairynutrition.ca/symposium/2014 pour ceux qui ne pourront pas se rendre au symposium. Tous les renseignements (y compris les formulaires d’inscription) seront disponibles sur le site Web en octobre.

Pour obtenir de l’information, abonnez-vous au bulletin de nouvelles en ligne sur la nutrition à : dairynutrition.ca

On annonce des investissements en recherche dans les projets de lait biologique

On annonce des investissements en recherche dans les projets de lait biologique

Les producteurs laitiers continuent d’innover fièrement dans le secteur laitier et d’investir dans la recherche qui permettra d’améliorer les pratiques dans les fermes de tout le pays. Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Gerry Ritz, a récemment annoncé un investissement de 8 millions de dollars dans la Grappe scientifique biologique (2013‑2018), qui vient s’ajouter aux contributions de 2,7 millions de dollars provenant de multiples partenaires de l’industrie. Les Producteurs laitiers du Canada sont fiers d’être associés à cette nouvelle grappe biologique dans la quelle ils ont investi 185 000 $ sur cinq ans dans quatre projets.

Le Centre d’agriculture biologique du Canada de l’Université Dalhousie sera chargé d’administrer la grappe et de superviser la mise en œuvre de 37 projets dans 36 établissements de recherche du Canada, notamment des universités, des stations de recherche d’Agriculture et Agroalimentaire Canada et autres.

Les projets laitiers comprennent notamment :

 

 1. Le développement de sources alternatives durables pour la litière des vaches laitières

Chercheure principale : Renée Bergeron, Université de Guelph, campus d’Alfred

Objectif général : L’étude vise à examiner l’utilisation du panic érigé sous deux formes (panic haché en litière accumulée ou matelas de « panic-chaux ») comme sources de litière alternative et durable pour les vaches laitières qui améliorent également le bien-être des vaches.

 

 

2. L’effet de l’exercice et des modifications des stalles sur le confort et le rendement des vaches en stalles entravées

Chercheuse principale : Elsa Vasseur, Université de Guelph, campus d’Alfred

Objectif général : La présente étude vise à examiner dans 20 exploitations agricoles commerciales à stalles entravées de l’Ontario et du Québec, comment les modifications de la configuration des stalles peuvent améliorer le confort des vaches et leur productivité, et si les vaches qui font de l’exercice réagissent différemment aux améliorations des stalles.

 

3. L’évaluation des nouvelles thérapies pour le traitement de la mammite clinique dans les fermes laitières biologiques

Chercheurs principaux : David Francoz et Simon Dufour (Université de Montréal)

Objectif général : L’objectif général de l’étude consiste à déterminer, à évaluer et à formuler une autre approche selon plusieurs axes du traitement de la mammite clinique chez les vaches laitières. Cet objectif de recherche répondrait directement au besoin d’élaborer une autre démarche pour le traitement de la mammite dans les fermes laitières biologiques, qui a été désigné comme une priorité importante à la Conférence canadienne sur les sciences biologiques de 2012.

 

4. Les phytoproduits bioactifs et le contrôle des parasites internes et externes des grands ruminants

Chercheur principal : Simon Lachance, Université de Guelph, campus d’Alfred

Objectif général : Élaborer de nouvelles méthodes et de nouveaux produits pour le contrôle des parasites externes et internes grâce à l’utilisation de répulsifs naturels et de composants bioactifs provenant des plantes.

On trouvera les résumés des projets à l’adresse suivante : http://www.dal.ca/faculty/agriculture/oacc/en-home/organic-science-cluster/OSCII/theme-d.html

 

(Photo Courtesy of the Organic Agriculture Centre of Canada)