La participation des producteurs à l’étude nationale du secteur laitier dépasse les attentes

Lorsque l’on a lancé une invitation à formuler des commentaires sur les priorités de la prochaine étude nationale du secteur laitier, plus de 600 producteurs laitiers de tous les coins du pays ont répondu à l’appel. Cette étude est la première du genre à être menée au Canada et sera d’envergure comparable à l’étude nationale d’observation de la santé des animaux (NAHMS) pour le secteur laitier aux États-Unis. Toutefois, afin de s’assurer que l’étude canadienne tient compte des besoins des producteurs du Canada, une invitation à formuler des commentaires a été lancée à tous les intervenants du secteur laitier au pays.

Sur une période de huit semaines, à partir de mars 2014, on a demandé aux producteurs, aux fonctionnaires et aux autres industries connexes (p. ex. les vétérinaires et les nutritionnistes) de remplir un questionnaire en ligne de 10 minutes. Au total, plus de 1 000 personnes ont répondu au sondage, dont 58 % étaient des producteurs laitiers.

Dans le sondage, les participants devaient établir la priorité d’un certain nombre de préoccupations de gestion et de santé qui sont importantes pour la durabilité de l’industrie. Une fois les réponses analysées, les cinq principales priorités de chaque groupe d’intervenants ont été établies.

Préoccupations de gestion :

 

table1.png

Préoccupations de santé :

table2.png

 

Il est rassurant d’observer que tous les groupes ont la même première priorité et que beaucoup de points de préoccupation se chevauchent. Ces résultats nous seront très précieux. Ils fournissent les principaux éléments sur lesquels l’étude se centrera. La prochaine étape est de consulter des experts de ces domaines respectifs afin d’exprimer les notions générales en questions précises et de s’assurer qu’il n’y a pas de dédoublement avec d’autres projets en cours au pays.

Cette évaluation des besoins a contribué à assurer la pertinence de la prochaine étude pour les producteurs canadiens et l’industrie en recueillant les commentaires directement auprès des principaux intervenants. Elle a également permis de sensibiliser les intervenants et d’obtenir leur appui pour la prochaine étape de l’étude.

Laisser un commentaire