Recherche laitière canadienne : Fière d’innover dans les fermes laitières canadiennes

Recherche laitière canadienne : Fière d’innover dans les fermes laitières canadiennes

Lorsque j’ai ouvert la revue Canadian Food Insights à l’article « Cultivating Canada’s Dairy Sector » (Cultiver le secteur laitier canadien) (volume 2, numéro 1, printemps 2014 http://cifst.dgtlpub.com/), j’ai été ravie. L’auteure, Lindsay Grummet, a fait un bon travail pour étaler au grand jour l’importance des investissements qui sont effectués dans la recherche dans l’industrie laitière canadienne, notre réseau indispensable de scientifiques et de partenaires et le travail qu’accomplissent fièrement nos producteurs laitiers pour adopter de nouvelles connaissances et les appliquer dans leur ferme; utiliser des technologies nouvelles pour progresser, innover, être plus efficaces, plus productifs et cultiver de façon durable pour rester parmi les principaux producteurs laitiers du monde.

Je pourrais citer un certain nombre d’exemples pour illustrer la raison pour laquelle je dis « rester » parmi les principaux producteurs du monde, par exemple, la qualité de notre lait, notre performance environnementale, notre leadership en matière de soins des animaux, mais je me concentrerai sur la recherche. La recherche est une partie importante de l’équation de l’innovation et c’est pourtant celle qui est souvent négligée. Dans certains milieux, j’ai vu des yeux se voiler lorsqu’on prononçait le mot « recherche ». Les cycles de recherche peuvent être longs. Les nouvelles découvertes dans le monde naturel prennent du temps. En outre, le processus de publication de découvertes scientifiques est ardu. Mais tout ceci est nécessaire. J’admire profondément la ténacité, la persévérance, la patience et la passion de nos scientifiques en recherche laitière au Canada. Ils passent des années (parfois une vie entière) à travailler pour résoudre des problèmes et répondre à des questions de l’industrie afin d’aider les agriculteurs à faire encore mieux ce qu’ils font.

J’admire encore plus les producteurs laitiers. Ils ont compris depuis longtemps, depuis près de trois décennies, qu’il est important d’investir en recherche au Canada. En outre, les investissements que font les producteurs laitiers dans la recherche au niveau national ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Ils investissent également dans des programmes de recherche au niveau provincial, en infrastructure et vulgarisation, pour s’attaquer à des problèmes régionaux et produire des résultats dans les fermes au niveau local. Les partenaires qui travaillent dans le secteur laitier au plan national, notamment le gouvernement fédéral et les Producteurs laitiers du Canada, auront investi près de 30 millions de dollars dans la recherche pancanadienne entre 2010 et 2018. Plus de 100 scientifiques travaillent sur ces projets, et le nombre d’étudiants qui reçoivent une formation approchera de 200, tous dans des institutions et des centres de recherche de tout le pays. C’est le nec plus ultra en matière d’innovation : elle crée des emplois, elle produit de nouvelles connaissances, de nouvelles technologies et de meilleures pratiques de gestion dans nos fermes; et elle forme et prépare notre prochaine génération de scientifiques et de professionnels sur le terrain.

Bienvenue dans la zone du pis!

Bienvenue dans la zone du pis!

Vous avez besoin de revoir les pratiques de gestion afin de diminuer la numération des cellules somatiques et de réduire l’utilisation d’antibiotiques dans votre exploitation? L’équipe du Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine et la qualité du lait a créé une affiche qui présente la procédure étape par étape pour vous aider à surveiller de près la zone du pis!

[PDF] LIEN – disponible en anglais seulement